L'Actualité en Temps Réel

Médias et politiques : La neutralité doit-elle déroger à la vigilance démocratique ?

0

C’est un secret de polichinelle qu’entre médias et politiques, la sempiternelle question de la neutralité refait toujours surface au gré des contingences politiques. Sous nos cieux en effet, l’on impose souvent la neutralité quand opposition et pouvoir s’offrent en spectacle dans un landerneau politique où l’on a tendance à bannir la notion de patriotisme et de vigilance démocratique. Du coup, la question est de  se demander si le journaliste doit rester neutre devant des dérives qui mettent en péril les fondamentaux de la démocratie !

Si dans certaines circonstances, susceptibles de mettre en péril la vie de personnes humaines, la vérité  ne sert pas toujours le public, en ce qui concerne la diffusion de l’information médiatique par le journaliste, il importe cependant de considérer dans d’autres cas, que la vérité contribue bien au contraire à servir le public. Car, entre médias et politiques, les relations se font toujours heurtées pour mieux bénéficier au public. Dès lors, le journaliste est tenu de se tenir à équidistance des différentes chapelles dans sa mission d’information. Toutefois, il arrive que l’adversité devienne autre. C’est à dire  qu’elle ne permette pas au journaliste ni d’observer une parfaite neutralité, en encore moins de se dévêtir de sa posture patriotique. En effet, ce qui se passe présentement dans le landerneau politique national au sénégal est  symptomatique d’un chaos dont les ingrédients sont quotidiennement réunis aussi bien par l’opposition que par le pouvoir. Des candidatures sont trivialement écartées par la majorité au nom de la loi et en face, l’opposition se rebiffe et se prépare à y apporter une réponse politique dans la plus grande dispersion. En effet chaque chapelle n’est mue que par l’intérêt que lui porte le pouvoir. Ceux qui gouvernent ne cherchent qu’à conserver leurs privilèges au mépris du peuple qui les a portés aux pinacles. Quant à l’opposition, ce qui l’intéresse, c’est de se hisser au pouvoir au mépris du peuple. Ce qui fait qu’en définitive, le journaliste qui relaie l’information  dans ce « hiatus », entend le faire dans un cadre purement professionnel mais il butte inexorablement sur sa « neutralité » s’agissant de faire valoir sa posture de vigile de la démocratie. Il doit alerter, éveiller et au besoin décrier là  où ça fait mal. Aujourd’hui Karim est discrédité, demain probablement Khalifa pourrait connaitre le même sort. Et au-delà ces personnages, c’est le citoyen Sénégalais qui voit ses droits et devoirs foulés par un  régime vorace  qui ne travaille qu’à se maintenir  au pouvoir. Du coup, le journaliste qui s’érige en vigile de la démocratie et qui met à nu les dérives des politiques  dans cet « étau indescriptible » devient de facto exposé s’il ne déroge pas à la  règle du droit du public à l’information. Ce qui nous ramène à soutenir que la neutralité journalistique peut bel et bien déroger à la vigilance démocratique. Et présentement sous nos cieux, ce scénario prend de plus en plus ses quartiers face à ce qui se trame.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

 

 

laissez un commentaire