Accueil Actualités Quand les corps d’élites réputés neutres se retournent contre le Chef de...

Quand les corps d’élites réputés neutres se retournent contre le Chef de l’Etat !

corps

De plus en plus de militaires, policiers ou gendarmes se prononcent ouvertement  sur la situation politique de notre pays. Chose impensable bien avant que Wade n’institue leur droit de vote en tant que citoyens. L’on ne sait vraiment pas ce qui  est à l’origine de cette volte-face mais aujourd’hui, les « hommes de tenue » font des prises de position ouvertes. Car, leur virulence dépasse même celle des opposants réputés radicaux. A quoi tient donc leur nouvelle posture ?

Qui  aurait cru qu’un militaire, policier ou gendarme serait capable de tenir un sévère réquisitoire à l’encontre du pouvoir en tant que tel, chez nous autres sénégalais !

Réputé très disciplinés, nos « hommes de tenue » ont toujours fait profil bas pour tout ce qui concerne la vie politique nationale.

En effet bien avant qu’ils ne jouissent du droit de vote, nos policiers, gendarmes ou militaires sont très longtemps restés des arbitres neutres du jeu politique, rompus à la tâche Républicaine.

Mais depuis que le Président Wade les a fait gouter à la «  sauce politique» par le vote, eh bien ces forces de sécurité ou de défense deviennent de plus en plus virulentes s’agissant de critiquer le pouvoir.

C’est bien le cas du capitaine de l’armée s’est fendu de plusieurs sorties où il tire à boulets rouges sur le pouvoir du président Macky.

Il en est de même du Commissaire, Cheikhna Keita qui ne rate aucune occasion pour clouer au pilori le régime  du président Wade.

Idem pour le colonel Ndao qui a sorti un livre où il met à nu les failles  d’un système politique aux antipodes des ambitions légitimes de la gendarmerie.

Le Commissaire à la retraite Boubacar Sadio est le dernier officier cueilli chez lui par la Division des Investigations criminelles (DIC) pour des raisons encore non spécifiées par l’autorité.

Toujours est-il qu’il a récemment publié une contribution  sur Walf dans laquelle  i  indique que le Chef de l’Etat n’aurait jamais dû être président de la République.

Que Sénégal est malade de la perversion des principes républicains et de la déliquescence morale de ses dirigeants.

C’est dire que quelque chose  cloche  ou alors cette situation est symptomatique de la dégradation de la vie politique nationale.

En tous les cas, si ces « hommes de tenue » réputés fermes et républicains vont jusqu’à fusiller le pouvoir sans réserve, cela signifie nettement que les politiques doivent vraisemblablement  revoir leur copie.

En tous les cas, quand les corps d’élite réputés neutres se déchainent contre le Chef de l’Etat sans réserve, cela signifie clairement que les principes républicains les plus élémentaires sont foulés au pied au point de révulser certains de nos compatriotes.

D’où l’urgence pour les sénégalais de procéder à la radioscopie du choix de leurs futurs dirigeants. Ceux-là d’en face ont montré leurs limites dans l’exercice de leurs fonctions.

Assane SEYE-Senegal7

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici