Accueil Actualités Accusée d’avoir le corona : Une commerçante traîne un responsable de UBA...

Accusée d’avoir le corona : Une commerçante traîne un responsable de UBA en justice

Poursuivi pour les infractions de diffamation et de collecte illicite de données à caractère personnel, El Hadji Diallo, responsable des opérations de la banque UBA a comparu ce jeudi devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Le prévenu avait fait un enregistrement audio dans lequel, il accusait la dame Aminata Bintou Bodian d’être porteuse du coronavirus.
Commerçante de son  état, Aminata Bintou Bodian ne va pas oublier de sitôt la journée du 21 mars 2020. Arrivée au Sénégal dans un contexte de large propagation de la pandémie du coronavirus, la bonne dame a été victime de discrimination et de propagande mensongère.
« Le jour des faits, je me suis rendue à l’agence UBA, située sur l’avenue Bourguiba pour faire un retrait d’argent. Lorsque El Hadji Diallo m’a vue tousser, il m’a aussitôt interpelée en me disant que je ne ne devais pas circuler puisque je revenais de la France la veille.
Très affectée par ses propos discriminatoires, j’ai quitté les lieux après un échange de propos aigre-doux », a narré la partie civile à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar.
Par la suite, poursuit-elle, le prévenu qui a comparu libre, avait fait un enregistrement audio dans lequel il disait : « Il y a une dame du nom d’Amita Bintou Bodian qui est actuellement en France. Après avoir chopé la covid-19, elle a contaminé plusieurs personnes. Elle va venir d’ici quelques temps au Sénégal pour propager le virus le mortel.
Cet élément sonore et la copie de mon passeport ont été partagés sur WhatsApp. Je suis tombée des nues quand je l’ai écouté », regrette-t-elle. Une version corroborée par le prévenu qui n’est pas passé par quatre chemins pour reconnaître les faits à lui reprochés.
« C’est par acte de citoyenneté que je l’avait fait. Je suis chargé de veiller au respect des gestes barrières au niveau de la banque. Lorsque je l’avais interpelée, elle m’avait dit : « Je suis infectée et je vais propager la maladie dans le pays ».
Pris de panique, j’ai enregistré cet audio dans mon bureau avant de le partager via WhatsApp », a avoué le quadragénaire, domicilié à la Zone de Captage.Selon ses dires, la partie civile a été par la suite, testée positive. « Vous pouvez le vérifier au niveau des services du ministère de la Santé et de l’Action sociale.
C’est en ce moment que j’ai été mis en quarantaine pendant 14 jours chez moi. Heureusement que mon test est revenu négatif », informe-t-il.Quid de la diffusion de l’audio à l’émission « Teuss », il a nié en être l’auteur.
Dans sa plaidoirie, Me Omar Gaye, constitué pour la défense des intérêts de la partie civile a réclamé la somme de 50 millions FCFA, à titre de dommages et intérêts. A en croire la robe noire, sa cliente a été atteinte dans son honneur, sa dignité et sa considération.
« Ses parents ont attristés de voir sa photo circuler sur les réseaux sociaux. Et la responsabilité de UBA est engagée dans cette histoire. Parce que le prévenu tient sa fonction de la banque. Il a utilisé les moyens du service pour commettre les infractions », estime-t-il.
Pour sa part, le parquet a requis six mois avec sursis contre le prévenu.Avocat de UBA, Me Moussa Sarr a demandé au tribunal de mettre hors de cause la banque. « Les actes posés par le prévenu ne peuvent pas être rattachés à l’exercice de ses fonctions.
L’audio a été diffusé dans un compte personnel. UBA n’a rien à faire dans cette affaire », a plaidé le conseil.
Au terme de sa plaidoirie, le juge a fixé son délibéré au 27 octobre prochain.
Kady FATY – Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici