Accueil Actualités Covid-19 : Le « virus » d’un 3e mandat « infecte »...

Covid-19 : Le « virus » d’un 3e mandat « infecte » à nouveau le Macky ?

macky

Tous les signes et signaux  d’un troisième mandat du Chef de l’Etat Macky Sall refont surface. On n’en reparlera jamais assez de ce regain d’ambition agité par la majorité présidentielle. Le président Sall a d’abord parlé de non-débat   s’agissant de son 3e mandat en clouant au pilori ses détracteurs qui ne cessaient de l’agiter. Ensuite, il a opté pour le « ni Oui ni Non ».Et le coronavirus est venu tout éclipser, in extremis. Mais  au vu des signes et signaux  qui se dessinent au plus fort de la pandémie, le troisième mandat apparaît comme un « virus » qui semble encore « infecter » le Macky.

Mansour Faye, Ministre du Développement Communautaire, de l’Equité Sociale et Territoriale qui pèserait 1000 milliards de FCFA est au-devant de la scène politique nationale.

Membre de la famille présidentielle, le maire de Saint-Louis serait crédité dauphin du Chef de l’Etat ou alors son prochain directeur de campagne.

Ainsi, pour le mettre en selle, la pandémie de la Covid-19 a servi de prétexte au Chef pour le familiariser avec nos compatriotes.

L’achat et la distribution  des 69 milliards de vivres composés de riz, de l’huile, du sucre, du savon et autres, lui a été confié pour venir en aide aux Sénégalais impactés par la pandémie.

Et le tour est prestement joué car nos compatriotes ne reconnaissent que les hommes politiques qui vont vers eux.

La seconde lecture que nous pouvons déceler du spectre d’un troisième mandat, c’est que le Chef de l’Etat n’a jamais voulu évacuer définitivement la question.

Dès qu’il a décroché  son second  mandat, il a fait savoir à ses détracteurs, qu’il ne pouvait plus se représenter.

Mais cela n’a duré que le temps d’une rose. Il  va ensuite déclarer qu’il ne dira « ni Oui ni Non » s’agissant de son troisième mandat.

« Je ne peux pas parler de troisième mandat. Parce que si je dis que je ne serai pas candidat, les gens ne vont plus travailler.

Si je dis que je serai candidat,  ce sera une polémique sans fin », a-t-il fait savoir face à la presse.

Mais au-delà des clichés, la pandémie du coronavirus aura impulsé une nouvelle dynamique dans tout le pays.

L’orthodoxie qui seyait à la bonne marche du pays s’est transmuée à une période contextuelle  propre à la maladie.

Les règles de gestion, la chose politique, la manière de faire et de voir, tout a changé.1000 milliards ont été décaissés pour redresser les secteurs d’activités du pays (secteur publics comme secteurs privés).

Une aide alimentaire de plus de 69 milliards  est mise en branle pour venir en aide aux Sénégalais les plus impactés.

Et les malades de la Covid-19 sont pris en charge par l’Etat dans le cadre du Fonds-Force-Covid-19.

Le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale se démène comme pas possible pour être à la hauteur de sa mission régalienne.

Tous ces facteurs combinés tendent à donner encore au pouvoir un peu plus de crédibilité.

C’est comme qui dirait le Macky est  revenu à un mandat à blanc. Et comme en politique, tout est question de prétexte, le pouvoir semble rassembler tous les prétextes au monde pour se laisser « infecter » par le « virus » d’un troisième mandat.

Et ce, après l’éradication complète de la pandémie en terre sénégalaise. Probablement !

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici