L'Actualité en Temps Réel

A l’opposé de Senghor, Diouf et Wade : Macky n’a pas eu de période de grâce !

0

La période de grâce correspond au baptême de feu d’un chef de l’Etat nouvellement élu. Il a sollicité les suffrages de ses compatriotes qui ont accepté de le plébisciter. Du coup, pas de commentaires, pas  de critiques, encore moins d’appréhensions sur sa primo gestion. Il s’agira seulement de le laisser travailler. C’est ce qu’on appelle une période de grâce. Senghor, Diouf et Wade en ont bénéficié à des degrés différents à l’exception du Président Macky.

La période de grâce d’un chef d’Etat est congénitale à  l’entame de son magistère. C’est à dire le moment par lequel il commence sa gestion du pays, il pose ses premiers actes, met en place son gouvernement et déroule en quelque sorte  son programme de campagne. Laissez-le travailler aiment à dire  certains qui craignent déjà qu’on chercherait à le contrarier alors qu’il n’a encore rien posé comme premier acte de gouvernance. En effet, cette période de grâce est disproportionnée par rapport aux chefs d’Etat qui ont eu à présider aux destinées de notre pays. Senghor en a bénéficié à satiété car son magistère a tiré en longueur  en tant que père de la nation Sénégalaise. Il a gouverné plus de deux décennies pour la consolidation de l’Etat du Sénégal. Le Président Abdou Diouf en a aussi bénéficié presque durant plus d’une décennie avant de commencer à essuyer les critiques acerbes de son opposition de l’époque qui finira par lui ravir la vedette en 2000.Ma Wade accède au pouvoir et va bénéficier d’une période de grâce et d’un second mandat en prélude à sa perte de pouvoir. Le Président Macky ferme la marche avec une période de grâce trop courte qui s’est dispersée à mi-chemin de son premier mandat. Un intervalle trop court de période de grâce qui s’explique par l’emprisonnement massif d’opposants et la volonté manifeste d’écarter formellement des candidatures au mépris des intérêts du peuple Sénégalais. Avec en appoint, un pays à genoux nonobstant la découverte du pétrole qui pose plus de problème que de solution pour son exploration. Voilà pourquoi Macky n’a presque pas eu de période de grâce alors qu’il n’en est qu’à mi-chemin de son premier mandat.

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire