Accueil Actualités Casamance : Résurgence du plus vieux conflit d’Afrique 

Casamance : Résurgence du plus vieux conflit d’Afrique 

Casamance

Après une longue accalmie saluée de tous, les armes résonnent de nouveau en Casamance.

Ce, avec la mort récemment de deux soldats dans la zone de Bissine, située à l’‘Est de Ziguinchor dans la commune d’Adéane.

En effet, vieille de plus de 38 ans, cette lutte armée du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance pour l’indépendance (MFDC) a fait plusieurs centaines de victimes.

Malgré un processus de paix instable, la région sud avait retrouvé une atmosphère paisible avec une longue accalmie.

Avec le crépitement des armes noté ces jours-ci, a encore plongé les populations de cette partie méridionale du Sénégal dans la peur et la tristesse.

 Des centaines sont morts des milliers ne naîtront jamais…

Le conflit armé en Casamance, apparu en 1982, peine à trouver une solution après avoir ruiné l’économie de cette région du sud du Sénégal et fait des centaines de morts, malgré plusieurs accords de paix entre Dakar et la rébellion, signés et aussitôt caducs.

Depuis lors, la Casamance est plongée dans une violente crise qui aura pour fait des centaines de victimes. Les efforts de paix sont restés vains malgré plusieurs périodes d’accalmie.

« Tout le monde est fatigué de ce conflit. Il y a un manque de volonté politique pour le résoudre.

Certains, qui sont impliqués dans les négociations, s’en servent pour faire fortune ou comme tremplin politique », avait affirmé un médiateur entre le gouvernement sénégalais et le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion indépendantiste).

Même s’il n y a pas de chiffre officiel pour déterminer le nombre de personnes -civils ou militaires- décédées dans ce conflit armé, c’est une évidence de reconnaître que des centaines y ont laissé leur vie et des milliers ne naîtront jamais.

Car, la population féminine a payé un lourd tribut dans ce conflit. Des femmes et des hommes, à cause du conflit qui y sévit,  ont perdu la vie dans plusieurs zones de la Casamance, alors qu’elles vaguaient paisiblement à leurs occupations.

Des pères de familles, on n’en parle pas. Aujourd’hui, le constat en Casamance est que beaucoup de foyers sont dirigés par des femmes.

Les hommes qui sont souvent impliqués dans le conflit de près ou de loin, ont laissé leur vie soit dans les affrontements avec l’armée, soit lors des règlements de comptes, entre villageois.

Cela a été mis fin par des foras villageois, afin que les populations et les habitants d’une même localité se pardonnent mutuellement.

Feu, Bertrand Diamacoune y a beaucoup contribué avec l’aide d’ONG établies dans la partie méridionale du Sénégal.

 Recrudescence des violences

La Casamance, notamment, le département de Ziguinchor a connu ces dernières semaines une recrudescence des violences, avec des affrontements entre l’armée et les rebelles.

Cela est engendré par la mort de deux soldats dont le véhicule a sauté sur une mine, dans la forêt de Bissine, située à l’Est de Ziguinchor, dans la commune d’Adéane.

Ce samedi, 27 juin 2020, des affrontements auraient lieu dans cette zone de la circonscription d’Adéane. Depuis, la commune de Ziguinchor, des tirs à l’arme lourde étaient attendus.

L’armée qui poursuit son ratissage dans la localité avec le retour des populations, semble selon nos sources, être déterminée à déloger les bases rebelles installées dans la zone, afin que les populations puissent occuper et vivre calmement dans leurs villages retrouvés après plus d’une décennie d’exil forcé.

 Une volonté politique forte…

Oui ! Il faut une volonté politique forte pour venir à bout de ce conflit. Depuis Abdou Diouf, chaque Président élu vient avec ses approches.

En 2017, les factions rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance ont exprimé leur volonté de reprendre les négociations avec les autorités sénégalaises.

Car, selon beaucoup d’observateurs de ce conflit, son règlement passé d’abord par l’unification des différentes bases du Mfdc, la préparation du processus de négociations avec le gouvernement et la signature de nouveaux accords de paix définitif et inclusif.

Récemment, les combattants du Mfdc du camp de Diakaye, à travers un communiqué disent être favorables à des pourparlers pour une paix définitive.

C’est en ce sens que l’ancien ministre Robert Sagna, président du Grpc a rappelé la volonté du président Macky Sall pour un retour rapide et définitif de la paix en Casamance.

«Macky Sall souhaite mettre fin à un conflit qui n’a que trop duré afin que les armes soient définitivement déposées et que les efforts soient consacrés au développement de la région», avait-il déclaré.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

8 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici