Accueil Actualités Guinée : Les résultats du scrutin présidentiel émanent de l’administration et non de...

Guinée : Les résultats du scrutin présidentiel émanent de l’administration et non de la Ceni

Guinée

L’élection présidentielle  Guinéenne de cette année 2020 est l’une des élections les plus controversées dans l’histoire politique de l’Afrique de l’Ouest. L’administration s’est arrogée l’organisation du processus électoral en lieu et place de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Selon Bano Sow, vice-président de la Ceni, plusieurs commissaires ont décelé des fraudes massives et des irrégularités à la base de la victoire truquée du Chef de l’Etat sortant Alpha Condé.

Le scrutin présidentiel du 18 octobre dernier en Guinée ne s’est pas déroulé dans la transparence, nonobstant le silence troublant de la communauté internationale, de l’Union africaine (Ua) et de la Communauté économique des états de l’afrique de l’ouest (Cedeao).

Le scrutin s’est déroulé dans un chaos indescriptible puis qu’en lieu et place de la Commission électorale nationale indépendante, l’administration a dû organiser tout le processus électoral du début à la fin. Et tout le monde sait que cette administration est commandée par le président sortant Alpha Condé.

Le vice-président de la Ceni, Bano Sow qui a relevé des fraudes massives lors de la centralisation et la comptabilisation des résultats a fait état de la mauvaise foi dans l’interprétation des textes.

Ainsi, il propose « soit la reprise de cette élection comme ce fut le cas au Malawi, ou alors la reprise dans certaines circonscriptions où des irrégularités  notoires ont été constatées, d’après le correspondant de Sénégal7 en Guinée.

Il note également l’annulation de l’affichage des listes électorales et le refus systématique des autorités de l’élaboration des procédures de remontée et de traitement des résultats de l’élection depuis le bureau de vote.

Le refus de réceptionner des Pv de bureaux de vote dans des commissions de réception et de transmission des procès-verbaux préfectorales ou communales, privant plusieurs électeurs de leur droit de vote et des candidats des suffrages de leurs électeurs ».

Enfin, Bano Sow fustige la « présence d’écart entre les suffrages exprimés et la somme des suffrages obtenus par les différents candidats, et le déversement de cet écart sur le nombre total de bulletins nuls sans aucune base juridique ».

Assane SEYE-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici