987 jours de détention de Khalifa Ababacar Sall, arbitraire ou pas et si j’étais Macky Sall !

0

Ce samedi 17 août marque le J 987 du séjour de Khalifa Ababacar Sall à Rebeuss. Poursuivi pour détournement de deniers publics via la caisse d’avance de la mairie de Dakar dont il est désormais l’ex édile. Une détention que ses partisans et une partie de l’opinion estiment arbitraire au moment où la justice dit s’en tenir aux faits

De la condamnation et de la détention de Khalifa Sall

Voilà 987 jours que Khalifa Ababacar Sall est dans les liens de la détention. L’ex maire de Dakar est déclaré coupable notamment d’« escroquerie aux deniers publics », « faux et usage de faux dans des documents administratifs » ou encore « complicité en faux en écriture de commerce ». Condamné à cinq ans de prison, Khalifa Sall avait déjà vu ses pourvois rejetés par la chambre criminelle en cassation le 3 janvier 2019, le président de l’audience, Mamadou Baal, les ayant jugés « irrecevables ou mal fondés ». Les poursuites judiciaires lancées contre l’ex maire de Dakar ont beaucoup impacté sur sa carrière politique notamment lors de l’élection présidentielle de 2019. Le rabat d’arrêt censé lui permettre de participer à l’élection présidentielle de février 2019 malgré sa condamnation avait été introduit par ses avocats pour dénoncer des vices de procédure lors de la cassation. « La procédure qui vise notre client Khalifa Ababacar Sall est truffée d’irrégularités. Nous subissons le diktat des juges et du parquet dans ce dossier. Khalifa Ababacar Sall subit l’arbitraire », a plaidé son avocat Me Ousseynou Fall en audience le 16 juillet 2019. Les pourvois de Khalifa Sall avaient été rejetés par la chambre criminelle en cassation le 3 janvier 2019, le président de l’audience, Mamadou Baal, les ayant jugés « irrecevables ou mal fondés ».

Une détention arbitraire ?

Malgré tous les scandales financiers au sommet de l’Etat notamment de 29 milliards Fcfa à la Prodac (Programme national des domaines agricoles) avec Mame Mbaye Niang, l’affaire des 94 milliards évoquée par Ousmane Sonko, la supposée gestion nébuleuse au COUD avec Cheikh Oumar Anne, l’explosive affaire Aliou Sall avec le scandale à 10 milliard de dollars révélé par la BBC, aucune procédure du moins rigoureuse n’a été engagée par la justice pour éclairer la lanterne des citoyens à qui la constitution sénégalaise a consacré le droit de contrôle sur la gestion des affaires publiques. Mais l’affaire dite de la caisse d’avance a le plus cristallisé l’attention de la justice qui n’a pas tardé à ouvrir une enquête qui a abouti à l’arrestation de l’ancien maire de Dakar poursuivi et condamné à 5 ans de prison en mars 2017 pour un détournement d’un milliards huit cents millions (1.800.000.000).

Cabale politique ?

La démarche de la justice qui a fait preuve de célérité sur le dossier Khalifa Sall alors qu’aucune procédure n’est enclenchée pour apporter la lumière sur les scandales survenus, en sus des rapports de corps de contrôle épinglant des ténors du pouvoir et sur lequel la présidence a mis le coude. Ce qui laisse croire aux partisans de Khalifa qu’il s’agit d’une « cabale politique ». Battant le pouvoir sur toutes les élections dans la capitale, Khalifa Sall était réputé l’adversaire le plus sérieux pour le candidat Macky Sall, notamment lors de l’élection présidentielle de février 2019. Pour lui permettre d’être candidat à cette élection, le rabat d’arrêt avait été introduit pour dénoncer des vices de procédure lors de la cassation. Le rabat d’arrêt était annoncé comme un recours suspensif, censé permettre à Khalifa Sall de participer à l’élection présidentielle de février 2019 malgré sa condamnation, mais le rabat avait été rejeté. Ce qui écarte d’office Khalifa Sall de la course à la présidentielle.

Et si j’étais Macky Sall

La fin du feuilleton judiciaire pour Khalifa Ababacar Sall a sonné le mardi 16 juillet 2019, la Cour Suprême rejetant le rabat d’arrêt introduit par ses avocats. A l’ouverture du dialogue national, l’actuelle maire de Dakar Soham Wardini avait lancé un appel au président Macky Sall lui demandant une grâce pour Khalifa Ababacar Sall. La réponse du Chef de l’Etat était la suivante : «J’ai entendu Madame le maire Soham Wardini évoquer Khalifa Sall, l’ancien maire de Dakar, qui est mon « frère ». Mais que l’on ne confonde pas les rôles, le président ne contrôle pas la Justice, surtout dans un pays démocratique. Et tant que la Justice est dans ses procédures, je ne peux pas intervenir. Mais dès que le Président aura la latitude à la fin de toutes instructions de pouvoir accorder sa grâce ou toutes mesures que la Constitution lui permet, on verra ». Aujourd’hui, Khalifa Sall a épuisé toutes ses voies de recours légales. Dans un contexte de dialogue national où certains opposants posent comme condition préalable, la libération de Khalifa, et au regard des scandales restés jusque-là impunis, le président Macky Sall gagnerait à accorder la grâce à Khalifa Ababacar Sall. Car sa libération installera un climat social apaisé et propice à un dialogue où les violons seront très vite accordés sur les questions d’intérêt communs surtout celle des hydrocarbures où règne un grand flou.

Abdoul K. Coulibaly – Senegal7

Leave a comment