Accueil Actualités Bradage du foncier : L’Etat a-t-il changé de paradigmes entre Senghor,...

Bradage du foncier : L’Etat a-t-il changé de paradigmes entre Senghor, Diouf, Wade et Sall ?

senghor

Durant plusieurs décennies où quatre chefs d’Etat se sont succédé au pouvoir  dans notre pays, l’Etat a-t-il joué le rôle qui est le sien dans la préservation du foncier ? Cette question qui continue de tarauder les esprits transcende plusieurs générations de nos compatriotes sans jamais  trouver de réponse adéquate. En vérité, des présidents Senghor, Diouf, Wade et Sall, la question foncière a toujours fait l’objet de spéculation adossée au clientélisme politique. Et la suite de nos axes édifiera sur cette problématique devenue impossible.

Le système foncier sénégalais est l’enjeu d’un affrontement de deux rêves.

Au grand rêve Senghorien de rupture avec la propriété bourgeoise et de gestion communautaire des  sols s’opposent en effet les rêves des habitants qui croient  être propriétaires.

L’Etat, en théorie maître du sol mais en pratique velléitaire et clientéliste, n’a pas encore pu assurer le succès d’un rêve sur l’autre.

Ces propos d’un éminent professeur de Droit à l’Université  Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) d’alors, Marc DEBENE et tiré de son œuvre grandiose : Regards sur le Droit Foncier Sénégalais-Un seul Droit pour deux rêves, acquiert toute sa pertinence  dans un Sénégal qui a bouclé  60 ans de son histoire politique.

En effet ,Pr Marc DEBENE a bien campé son ouvrage puisqu’il met en filigrane un Droit pour deux rêves entre l’Etat et les sénégalais en ce qui concerne la gestion du foncier.

Il est vrai que nos compatriotes croient dur comme fer que le foncier les appartiendrait. Mais au fond, c’est l’Etat qui le gère et à sa manière. Point barre.

Si le président Senghor n’est pas parvenu à assurer le succès d’un rêve sur l’autre, ce n’est point les présidents Diouf, Wade et Sall qui le réussiront.

Le mal est plus profond qu’on ne le croit. Les Sénégalais se  sont toujours mis dans une posture de propriétaires du sol et l’Etat dans une logique de gestion sans partage.

Il est vrai que les Codes de l’Urbanisme et même de l’Environnement  qui ont connu beaucoup de retouches ont surtout accentué leurs efforts sur la valorisation  économique de foncier à des degrés spécifiés par la Loi.

Mais, la gestion du foncier, c’est toujours un Droit pour deux  rêves. Le rêve d’un Etat interventionniste qui finit par tout s’accaparer et le rêve d’un peuple Sénégalais qui se met dans l’idéal d’être le propriétaire exclusif de ce foncier.

Et c’est là où l’ouvrage du Pr Marc DEBENE trouve toute sa pertinence. Aujourd’hui, le littoral qui va de Dakar vers  toutes les côtes maritimes du pays, est presque devenu  le propriétaire exclusif de personnes influentes sous les différends pouvoirs  du pays.

Même au mépris de la Loi, certains en appellent à des duels télévisés comme à l’Américaine pour déterminer si ces parcelles de terre qu’ils détiennent leur appartiennent ou pas.

Cela veut dire en clair qu’il n’y a jamais eu de changement de paradigmes allant dans le sens de faire du foncier le propriétaire de nos compatriotes.

Un Droit pour deux rêves : l’un l’emporte sur l’autre par un bras de fer sans merci. Voici pourquoi, le littoral a été « massacré » par des tiers. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici