Accueil Actualités Comment le Coronavirus a ébranlé les comportements les plus tenaces des sénégalais...

Comment le Coronavirus a ébranlé les comportements les plus tenaces des sénégalais !

Sénégalais,Coronavirus

La rupture n’est pas Sénégalaise, a-t-on constaté de fort belle manière. Donnez- une injonction à un Sénégalais, il refusera systématiquement d’obéir. Il refusera de se départir de ses habitudes comportementales. Mais avec la survenance du Coronavirus, c’est une autre histoire. Vous allez voir pourquoi ce virus tueur est implacable dans ses désirs les plus fous.

Il n’est nulle part écrit sur des panneaux : il est interdit de…Mais la note est assez salée pour être corsée par les plus hautes autorités du Sénégal qui n’ont eu d’autre choix que de départir leurs compatriotes Sénégalais de leurs attitudes comportementales les plus ancrées. Le Coronavirus aura imprimé ses marques de la manière la plus sournoise ,soudain. Les salutations d’usage gages de stabilité et de paix rapprochaient tacitement les citoyens de tous bords. A la corbeille. Les prières en masse dans les lieux de culte, à la corbeille. Les rassemblements mondains, à la corbeille. Les réunions politiques, à la corbeille. Les fêtes de fin d’année, à la corbeille. Comme un policier qui régente la circulation, circulez, ne restez pas sur place, semble murmurer la Covid-19.Les marchés sont fermés, les mosquées closes, les églises fermées. Les religieux n’ont eu d’autre choix que de justifier cet acte par le mal fait par l’homme sur terre et que le Bon Dieu a décidé de réprimer par la propagation de la Covid-19.Les écoles et Universités ont mis la clé sous le paillasson. Les enseignants restent chez eux. Les commerçants interdits d’accès à leurs lieux de travail. Les transports frappés de restriction sur le nombre de passager à transporter. Les avions sont cloués sur les tarmacs des aéroports. Les bateaux sommés de jeter l’ancre. Les trains ne bougent plus des gares. Les étrangers priés de rentrer chez eux. Les Sénégalais de l’étranger priés de rester aux frontières. On craignait la mort mais avec ce virus, on craint ses cadavres. Les Don Juan sommés de rester nostalgiques de leurs douces-moitié. Les talibés priés de retirer leurs sébiles. Le personnel de santé priés d’aller travailler. A la limite, le Coronavirus s’est transformé en « dictateur chevronné » qui impose ce qu’il veut là où il veut et quand il le veut. Certains parlent de malédiction, d’autres de Satan venu rendre visite à la terre-ferme. Les thèses sont contradictoires à ce niveau. Chacun y met ce qu’il veut en termes de supputations et de conjectures. Méchant et même très méchant, dira-t-on, la Covid-19 est venue ébranler les certitudes les plus acquises et les comportements les plus tenaces chez nos compatriotes. Mais cette déferlante sournoise, macabre et sans visage devrait d’avantage édifier les peuples sur une chose. Tout peut changer et rien n’est acquis d’avance dans ce bas-monde. Seule la solidarité agissante entre humains peut aider les peuples à se maintenir en équilibre. Rien d’autre.Dans ce monde,tout y devient sans que rien y soit. Et le Coronavirus l’aura démontré à plus d’un titre.

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici