L'Actualité en Temps Réel

Gouvernement : Birame barre Matar (Ben Makhtar)

Le départ de Matar Ba du gouvernement a surpris plus d’un et  les sénégalais ont du mal à comprendre ce choix du président. Il faut chercher les arguments ailleurs.

La presse est estomaquée par l’éviction du ministre des sports. Homme courtois, accessible et au commerce facile, Matar Ba a su, en huit ans, tisser sa toile dans le milieu médiatique. Les soutiens exprimés de toutes parts ne doivent point surprendre. C’est le contraire qui aurait surpris. Le désormais ex-ministre des sports ne rechignait pas à voler au secours de certains reporters désireux de couvrir les grandes rencontres internationales.

Il comprenait la précarité des maisons de presse et agissait en conséquence sans rien demander en retour. Il savait écouter les journalistes et ses conseillers en communication relevaient les critiques éparses pour apporter dans des délais très courts les solutions idoines. Mieux, Matar Ba connaissait son monde. Il passait par le nom de chacun et son téléphone n’était jamais fermé à la presse.

Il est donc normal que les médias déplorent son départ à quelques mois d’une Coupe du monde dont la couverture coûte les yeux de la tête. Au moins, la presse pour ce coup-ci a été reconnaissante. Les médias auraient signé pour que le binôme de Matar Ba,  le ministre Abdoulaye Saydou Sow ci-devant vice-président de la fédération de football, le succède à la tête du département des sports mais c’est méconnaître le concerné. Abdoulaye, fidèle en amitié, ne veut pas enfiler le costume du traître. Il reste à l’Urbanisme tout en veillant à la bonne exécution du planning mis en place par le ministre sortant.

Quid des raisons ayant motivé la sortie de Matar !

Pour rappel, la campagne électorale des locales a trouvé Matar Ba au Cameroun en pleine Coupe d’Afrique des nations. L’opportunité était trop belle pour que Birame Faye ne la saisisse pas. Il a battu campagne et tenu tête à Sitor Ndour et à Sory Kaba. Le président Sall a mis à contribution le ministre Cheikh Kanté et son fils Kaba pour ne pas perdre Fatick.

Macky Sall himself fera une descente sur place à Fatick à travers l’opération Jokko ak Ndaw gni pour prendre la température de sa ville. Les renseignements lui firent comprendre que la situation était carabinée et jusque tard dans la nuit, le leader de Benno fut obligé de recevoir des militants. C’est dire que l’ascension de Birame Faye nuit le maire sortant et finalement reconduit.

Par ailleurs, des sources bien informées soutiennent que le président n’est pas très content de la gestion financière des fonds destinés aux sports et particulièrement au football. Elles évoquent les facilités accordées a l’entrepreneur Mbaye Faye et à une enveloppe de 150 millions dégagés pour la formation en Anglais de quelques fédéraux et administratifs du ministère des sports. Vrai ou pas?

Tout compte fait, le sénégalais qui reproche à Macky Sall son bilan immatériel estime que le ministre Ba a  de la baraka puisque c’est sous son magistère que le Sénégal a remporté sa Coupe d’Afrique et décroché dans la foulée une qualification en Coupe du monde face à de vaillants égyptiens. Aussi son successeur ne jouit pas d’un préjugé favorable aux yeux des puristes. Tout compte fait, Matar Ba s’en va la tête haute avec l’estime manifeste du monde du football et rien que le satisfecit du peuple comble l’immensité de sa déception suite à cette défenestration  inattendue.

Ben Makhtar, journaliste Chroniqueur