A l’actif de ses grandes réalisations : Macky assimilé à l’Albatros

2

Macky Sall serait-il comme l’ albatros? Un géant oiseau avec de grandes ailes qui, paradoxalement a du mal à  voler. Rien de moins sûr, ce qu’il’est sûrement c’est qu’il doit souffrir de son entourage, du manque de reconnaissance et surtout de solidarité de ceux-là qui lui doivent tous leurs strapontins : nomination dans des ambassades , des ministères, des directions générales ou tout près de lui , au palais de la République. Pourtant  Dieu sait que le président Macky, innovateur et généreux dans l’effort a accompli de grandes réalisations depuis son premier mandat. N’est ce pas Abdoulaye Wade le président de la République d’alors qui disait de Macky que c’est son seul Premier ministre qui a su réaliser tous ses projets?. Un compliment qui vaut son pesant d’or venant d’une personne qui te sort une idée toutes les cinq minutes, dixit Amath Dansokho parlant de wade.

C’est connu, la boîte de pandore , a défaut d’être ouverte , est défoncée  chez Macky par de virulents contempteurs dont la virulence des propos n’a d’égale que leur étroitesse d’esprit.

Dans la tête des oiseaux de mauvais augures fleurissent des scandales qui se succèdent et finissent par de vrais canulars . Au moment où donc il est attaqué de toutes parts , voué aux gémonies , le président de la République doit avoir le redoutable sentiment d’être lâché , en tout cas pas bien défendu ni soutenu par ceux qui , les premiers devaient monter au créneau par devoir d’implication . Qu’ y a-t-il de commun entre le chef de rayon de supermarché qui assume soixante heures de travail hebdomadaires, cet ouvrier spécialisé qui corrige sur un véhicule des défauts de qualité dont il n’est pas l’auteur et cet ancien salarié qui déplore la fermeture de son usine ?  S’interroge le professeur Maurice Thevenet . Eh bien, ils témoignent tous , conclut-il, d’une relation forte à leur institution de travail, faite de respect , d’affection , voire de reconnaissance.  C’est tout ce qui semble faire défaut au sein de l’équipe gouvernementale, chez certains du moins .

En lieu et place d’une implication on assiste plutôt à ce qui ressemble à un  » désir d’organiser l’apocalypse  » au point qu’on ne songe plus à communiquer  mais à penser déjà à  une indécente succession du président Macky Sall.  C’est déjà, dans toute son ignominie, le début d’une  » conscience malheureuse   » qui toujours  recule devant l’action quand la vérité commande . Cette vérité, c’est une autre histoire, celle d’un homme ( Macky Sall ) venu de loin qui , surmontant l’humiliation, la souffrance et les préjugés a vaille que vaille réalisé son destin : Directeur général, ministre, Premier ministre, Président de l’assemblée nationale et enfin Président de la République.  Il a ainsi bien assimilé  la devise de  Nietzsche  » Deviens sans cesse celui que tu es , sois le maître et le sculpteur de toi-même  » dans  Ainsi parlait Zarathoustra .

Dans la tâche républicaine de servir de bouclier au Président Macky et d’expliquer au peuple son oeuvre colossale  , chaque membre de l’équipe gouvernementale et de la mouvance présidentielle a le devoir d’être investi d’une  » importance collective  » comme disait Céline.

Défendre Macky Sall n’est rien d’autre que de communiquer sur ses réalisations.  De nos jours, l’importance de la communication n’est plus à démontrer.  Elle est très souvent vue à la fois comme la cause de tous les maux, et le remède susceptible d’apporter une solution à tout problème : il est devenu courant  » et commode  » de ramener tout dysfonctionnement organisationnel à   » un problème de communication  » Toute la question est de savoir s’il est aussi facile de communiquer.

Dans l’acte de communiquer  , Philippe Cabin , journaliste au magazine Sciences Humaines, décèle au moins 3 illusions , particulièrement fréquentes et trompeuses.  La première pour Cabin, consiste à  penser qu’il est facile de communiquer, puisqu’il suffit d’énoncer un message.  La deuxième amène à penser que dès lors que l’on est parvenu à expliciter le message, il est évident qu’il sera compris par le récepteur de la même manière que le récepteur. Dernière illusion majeure : il n’existerait qu’une forme de communication pertinente, celle selon laquelle le message a été émis.  Or on sait que la communication est multiple et multiforme.

Rien ne sert donc de courir aux excuses faciles.  La bêtise des autres n’a jamais été une excuse , il faut se remettre directement et intégralement en cause , s’approprier réellement les nombreuses réalisations du président de la République et de son gouvernement et les restituer au peuple, dans un exercice d’explication claire , nette et précise. Macky le vaut bien.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

Show Comments (2)