Accueil Actualités Abdou Latif Coulibaly, quelle mauvaise foi ! (Par Al Kitane Kitane)

Abdou Latif Coulibaly, quelle mauvaise foi ! (Par Al Kitane Kitane)

Sur la question du livre de TAS, il fuit et prétend que TAS n’a apporté aucune preuve de ses allégations. Or les chapitres XV, XVI, XVII et XVIII parlent de faits rien que de faits. Et au cas où comme il l’a dit, TAS n’aurait fait que des allégations, pourquoi ces gens qui menaçaient les citoyens qui s’aventureraient désormais à parler de l’affaire Petro-TIm ne poursuivent pas TAS ?

Sur la question du conflit entre écoles privées et parents d’élèves, il prétend que c’est une affaire privée et que l’Etat ne peut pas décider autoritairement… Où est-ce qu’il était quand Macly Sall faisait une loi sur le loyer ?

Sur la question de l’émigration clandestine, ALC prétend (contrairement à ses prises de position en 2006) que c’est un phénomène normal, que l’Europe a fermé ses frontières, que ce n’est pas un échec du gouvernement car les projets de lutte contre le chômage mettent du temps à avoir des effets, que huit ne suffisent pas, bref une litanie de niaiseries. Ce qui était possible six ans après 2000 est donc impossible huit après 2012. Quelle effronterie dans le mensonge !

Sur Idrissa Seck et l’entrisme, il dit maintenir le portrait sombre et peu flatteur qu’il avait fait de l’ex-PM, (voir lien il y a six ans ! https://www.youtube.com/watch?v=4KLbGDrks5w&ab_channel=mbourevens) mais ne trouve pas incongru le fait de le voir rallier le camp présidentiel. Il prétend même que c’est le contexte qui justifie l’alliance de son parti avec un homme réputé paresseux, oisif et peu vertueux. Contexte, contexte, contexte. Voilà donc le nouveau dieu des menteurs.

Le mensonge le plus flagrant de ALC est sans doute ses élucubrations sur l’enquête de l’IGE concernant le contrat signé et non publié par le régime sortant. Prétextant que le rapport de l’IGE était juste une information à la disposition du Président, ALC prétend que ç’aurait été suicidaire pour le gouvernement de ne pas signer ce contrat (qui n’existe pas légalement, voir notre commentaire des chapitres XV et XVI du livre de TAS). Selon lui le gouvernement foncerait directement sur un autre mur de contentieux (sous-entendu après celui d’Arcelor Mittal) s’il n’approuvait pas ce contrat de Timis. Un mensonge ne peut pas être aussi cynique, car toutes les enquêtes faites par Aly Ngouye Ndiaye tendaient à compromettre les Wade et, in fine, à trouver des raisons objectives d’annuler (disons plutôt de ne pas signer) cette attribution de CRPP qui n’existait pas (faut-il le rappeler ?).

Les enquêtes du ministère de l’énergie et des mines et les dénonciations de Tullow Oil recelaient suffisamment de preuves pour annuler ce contrat. ALC ment de façon éhontée, c’est un scandale. L’incapacité avouée (de Timis) par Aliou Sall dans sa lettre du 17 Mai 2012 au MEM d’honorer ses obligations infirme largement le baratin de ALC.

14 Commentaires

  1. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas. Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

  2. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas.Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

  3. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas.Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

  4. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas.Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

  5. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas.Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

  6. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas.Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

  7. […] LATIF. LATIF. LATIF. Je t’appelle trois fois. Et c’est à toi que je m’adresse. «La prétention nous fait croire dignes de toutes les places – quelle que soit leur hauteur; l’orgueil peut nous les faire refuser. Non pas seulement, comme on croit, par une trop haute idée de nos mérites mais crainte de ne pouvoir dignement les remplir», Pierre Reverdy : Le livre de mon bord (1948). J’étais presque abasourdi en lisant, sur votre page Facebook : «La presse sénégalaise est nulle (…) Un journaliste comme moi, il n’y en a pas deux au Sénégal (…)». Je ne croyais pas ces mots venant de toi. J’ai cru, des heures durant, que votre page Facebook, a été piraté. Hélas.Ayant attendu 48 heures sans tomber sur un démenti de votre part, je me suis résolu à l’idée de faire face au clavier de mon ordinateur. Dans cette affaire dite du «Grand Jury» en effet, je n’aurais pas réagi si et seulement si les propos écoutés et entendus en direct, restaient dans le studio Awa Mbaye. Mais quand toi, anciennement et pompeusement surnommé : journaliste d’investigation se paie le luxe permissif d’insulter toute une corporation, si les anciens au-delà du billettiste de Kaccor du Témoin, ne pipent pas mot, je me réserve, le droit de te parler. Par le même canal. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici