Abdoulaye BALDE répond à SONKO : «Ziguinchor ne saurait être utilisée comme une arme de bataille…»

0

t par une déclaration de presse de 32 pages, que Abdoulaye BALDE a répondu hier à Ousmane SONKO. Le leader de Pastef, qui présentait son ouvrage «Les territoires du développement» le 29 décembre dernier, en avait profité pour peindre un tableau sombre de la gestion du maire sortant, à la tête de la commune de Zi­guinchor depuis 2009. Mais, le programme du député patriote ne convainc pas le président de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs), notamment l’idée de la création d’une monnaie locale pour les régions de la Casamance, rapporte thieydakar.

 

«(…) Envisa­geant la création d’une monnaie complémentaire, Ous­mane SONKO fait preuve d’ignorance totale des contraintes de compétences et d’encadrement financier des collectivités territoriales. La collectivité territoriale n’est pas une association, mais un démembrement de l’Etat, assujetti à l’unicité de caisse qui lui impose une seule banque : le trésor public», a répliqué Abdoulaye Baldé. Le député rallié à Benno bokk yaakaar, considère cette proposition de monnaie locale comme «hors contexte, populiste, dangereuse pour l’unité et la cohésion nationale et impossible à réaliser sous le régime financier des collectivités territoriales, régi parle décret 66-510 du 04 Juillet 1966, modifié».

 

Pour le maire de Ziguinchor, la plus «grande farce» de SONKO a aussi été de demander aux Ziguinchorois, pour le financement de son «utopiste programme», de cotiser chacun 50 000 francs. «Il veut faire des Ziguinchorois, des actionnaires de la commune. La commune n’est pas une société d’actionnaires, mais plutôt une collectivité territoriale régie par des règles, sur lesquelles un maire n’a aucun pouvoir de modification», a commenté l’ancien ministre sous Wade. A l’intention de Ousmane SONKO, Abdoulaye BALDE précisera que la commune de Ziguinchor «ne saurait être utilisée comme une arme de bataille contre l’Etat central». Le maire sortant dit cons­tater que son adversaire «ne fait aucun effort, pour avoir la moindre information fiable sur la ville qu’il veut diriger».

 

Sur la question de l’administration de la commune, le maire de Ziguinchor voit que SONKO «se sent déjà dans la peau d’un président de la République». Mais, a-t-il rappelé, son adversaire «semble oublier, ou du moins, ignore que l’organisation et le fonctionnement du Conseil municipal sont régis par le Code général des collectivités territoriales». D’après Abdou­laye Baldé, Ousmane SONKO «ne connaît pas Ziguinchor et Ziguinchor ne l’intéresse pas». Raison pour laquelle le maire sortant affirme ne pas être intéressé par un débat public avec le leader de Pastef.

Fanta DIALLO BA-senegal7

Leave a comment