L'Actualité en Temps Réel

Accusé de viols : Sonko risque-t-il de perdre son immunité parlementaire ?

0

Les choses semblent se corser pour le président du parti Pastef les Patriotes. Accusé de viols et de menace de mort par la dame Adji Sarr masseuse de profession  qui a porté plainte, Sonko se voit protégé par son immunité parlementaire. Pour l’heure, même si l’enquête sur cette prétendue forfaiture est en cours, il reste que pour  que la justice puisse convoquer le leader de Pastef,il y a une  certaine procédure judicaire à suivre de fond en comble.

Les accusations de viols et de menace de mort portées par la dame Adji Sarr, masseuse de profession sur Ousmane Sonko parlent d’elles-mêmes. La situation est plus que confuse et les sénégalais se posent  moult questions sur cette affaire de mœurs qui épingle un député et candidat à la présidentielle dernière.

Les enjeux politiques sur cette affaire sont énormes mais il urge quelque peu de revisiter la procédure judicaire  au cas où l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko serait levée. Selon Me Babou, pour une personnalité qui est protégée grâce à son immunité parlementaire, avant toute enquête de quelque nature que soit, il faut d’abord poser le principe de la présomption d’innocence.

Dans le droit sénégalais, une personne ne peut être déclarée coupable de quelque chose que lorsqu’il y a une condamnation définitive. Mais, pour déclencher une enquête contre cette personne qui est protégée, il y a une procédure à suivre »,soutient-il.

Pour le cas d’un député, explique Me Babou, il y a la protection, c’est-à-dire l’immunité parlementaire. Toutefois, notre spécialiste en droit fait la différence entre une enquête de flagrant délit et une enquête préliminaire. Pour le cas de Sonko, poursuit-il, il s’agit d’une enquête préliminaire car il serait accusé de viol.

Pour Me Babou, si le Procureur veut déclencher une enquête, il devra adresser une lettre au Président de l’Assemblée Nationale. Dans la lettre, il doit normalement formuler son intention, donner quelques détails, c’est-à-dire des informations qu’il détient de nature à impliquer l’autorité en question ou non.

Et le dossier sera étudié par une Commission. Et au final, ce sera en plénière que l’Assemblée Nationale décidera si oui ou non l’immunité de Sonko sera levée après de multiples conciliabules.

Assane SEYE-Senegal

laissez un commentaire