L'Actualité en Temps Réel

Affaire Boffa Bayotte : Les familles de René Carpin Bassène et Cie interpellent les ODDH

Les familles de René Carpin Bassène et d’Omar Ampoi Bodian interpellent les organismes de défense des droits de l’homme. En effet René Carpin et Omar Ampoi Bodian condamnés à perpétuité dans l’affaire de la tuerie de Boffa Bayotte, ont interpellé hier les organismes de défense des droits de l’homme.

Ils exigent la libération de ces derniers. « Nous nous félicitons et nous nous réjouissons des accords de paix signés le 03 aout 2022 à Bissau, entre l’Etat du Sénégal et une faction du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance (MFDC).Cela rassure les populations et matérialise cette paix qui est notée et qui prévaut en Casamance depuis quelques années », a laissé entendre Madiadiop Sané, par ailleurs coordonnateur national du mouvement « Vision citoyenne ».

Nous avons un certain nombre de préoccupations qui se résument en deux questions : l’opinion veut savoir comment César Atoute Badiate a pu négocier et signer de ses propres mains ces accords de paix alors qu’il fait l’objet d’une condamnation et d’un mandat d’arrêt international lancé contre lui par la justice de notre pays depuis le 13 juin 2022 ?

A-t-il bénéficié d’une grâce présidentielle ? A-t-il bénéficié d’une loi  d’amnistie ou de toute autre forme de procédure judiciaire lui ayant permis de ne plus être inquiété par la justice et de rester en liberté ? », s’est interrogé Madiadiop Sané qui rappelle que César Atoute Badiate a été condamné à la perpétuité en même temps que René Carpin Bassène et Omar Ampoi  Bodian pour les mêmes chefs d’inculpation..

« Mieux ou pire, les charges qui pèsent sur César Atoute Badiate sont plus lourdes que celles  de ces coaccusés », précise Madiadiop Sané qui ajoute que l’opinion a l’impression qu’on est en face d’une justice à double vitesse et cela n’honore pas l’image de notre cher pays. Nous croyons qu’au vu de  tout ce qui s’est passé,Omar Ampoi Bodian et René Carpin Bassène sont en train de vivre une situation d’injustice extrême : celle de la justice « du deux poids deux mesures ».Leur place n’est plus en prison.(…),renseigne Libération.

Assane SEYE-Senegal7