Accueil Actualités Affaire de l’ancien président du Barça : Les ramifications sénégalaises

Affaire de l’ancien président du Barça : Les ramifications sénégalaises

En prison depuis le 23 mai 2017, Alexandre Rosell i Feliu, ou Sandro Rosell pour le monde du football, est de nouveau sous le feu ardent des projecteurs. La semaine dernière, son dossier a été réactivé par la justice après que le bureau du Procureur de Madrid s’est catégoriquement opposé à la demande de libération de l’ancien président du Fc Barcelone, dans les liens de la détention provisoire pour des charges de blanchiment d’argent et d’organisation criminelle transnationale.

La raison ? Dans son réquisitoire daté du 25 octobre 2018, justifiant le maintien de la mesure de détention provisoire de Sandro Rosell en attendant l’ouverture de son procès prévu à partir du 25 février 2019, le Bureau du Procureur espagnol indexe la possibilité pour l’ancien président du Barça de choisir un pays de résidence autre que l’Espagne car ayant créé plusieurs sociétés écrans dans des pays comme le Sénégal. «Il est prouvé dans l’affaire que c’est principalement hors d’Espagne que l’accusé Alexandre Rosell exerce l’essentiel de son activité professionnelle. Nous considérons qu’il n’a aucune attache sur le territoire espagnol et il dispose d’une partie de ses avoirs à l’étranger, où il fructifie ses affaires pouvant s’y établir avec sa famille, se retirant ainsi de l’action du système judiciaire espagnol. Ses activités en Asie, en Chine, au Sénégal et au Qatar, la disposition de revenus sur des comptes bancaires à l’étranger, l’utilisation de sociétés aux formes juridiques opaques situées dans des territoires offshore, sont autant de circonstances qui démontrent un risque objectif (de fuite)… avec le soutien évident des autres membres de “l’organisation” qui pourraient faciliter la destruction de preuves accablantes.»

Il ressort que Sandro Rosell est soupçonné d’avoir créé une société écran au Sénégal, TerangaInvestments, dont l’administrateur n’est autre que Josep Colomer, ancien directeur du football de base du Fc Barcelone entre 2003 et 2005 quand Rosell en était vice-président. Très proche de ce dernier, Colomer est accusé d’être son prête-nom dans le montage de l’hôtel cinq étoiles Rhino Resort de Saly et de l’Académie Aspire Football Dreams, également établie sur la Petite Cote, avec siège à Doha, au Qatar. D’ailleurs, Colomer a été interrogé par la juge Lamela à propos de cette académie dont le projet « visait à découvrir des footballeurs talentueux sur le continent africain. » L’Aspire Academy a été confié à Colomer. Son immense programme “Football Dreams” de détection de jeunes talents africains a été financé à hauteur de 100 millions de dollars US (environ 58 milliards F CFA au taux d’aujourd’hui) par le Qatar et devait permettre de superviser plus de 3,5 millions jeunes (âgés de 13 ans) dans toute l’Afrique,
Selon nos confrères d’El Confidencial, les enquêteurs espagnols accusent Josep Colomer d’avoir agi en prête-nom pour masquer certaines transactions jugées suspectes de Rosell, portant sur plus de 15 millions d’euros en cumul (environ 10 milliards F CFA) détournés ou blanchis avec des commissions irrégulières, entre Sandro Rosell, Josep Colomer et Ricardo Teixeira, ancien président de la fédération brésilienne de football.

Hôtel Rhino de Saly, point de chute de célébrités catalanes
A propos de l’hôtel Rhino où l’équipe nationale du Sénégal établit très souvent ses bases quand elle se regroupe au Sénégal, l’on a pu noter qu’en janvier 2011, Sandro Rosell a effectué un déplacement de deux jours à Saly. Officiellement, c’était pour répondre à l’invitation de son ami intime Josep Colomer et de Lamine Savané (ancien basketteur, agent de joueurs et fils de l’homme politique Landing Savané mais également Directeur Afrique de l’Académie Aspire) lors de l’inauguration de l’hôtel cinq étoiles célèbre pour son Spa déclaré parmi les meilleurs au monde. Le problème, c’est que Colomer, présenté comme actionnaire principal de Rhino Resort mais également Directeur exécutif d’Aspire Football Dreams, n’en serait pas réellement le propriétaire mais uniquement chargé de gérer la fortune de son ami. L’hôtel, qui servirait de couverture à la bande de Rosell, a également accueilli des célébrités catalanes comme le footballeur Bojan Krikic ou le chanteur LluisLlach ou encore un certain Lionel Messi. Autre coïncidence troublante, la construction de l’hôtel a démarré en 2010, l’année où Rosell a été élu président du FC Barcelone.

Dans l’enquête menée par la justice espagnole, c’est bien Rosell qui est désigné comme le véritable propriétaire du réceptif, créé via la SARL TerangaInvestments, pour dissimuler de grosses sommes d’argent via des commissions illégales, liées entre autres, à la vente de 24 matchs amicaux de l’Equipe nationale du Brésil, à l’origine de l’arrestation de l’homme d’affaires catalan. En 2011, en marge de l’inauguration dudit hôtel, Sandro Rosell déclarait : « Je suis représenté au Sénégal par mon ami Josep et par Savané, toute personne qui veut me soumettre un projet n’a qu’à passer par eux. » Rosell est venu au Sénégal une deuxième fois, en novembre 2013, cinq mois après l’achat suspect de Neymar en provenance du Fc Santos (Brésil) puis encore en septembre 2016, où il a été reçu en audience par le Chef de l’Etat, Macky Sall, officiellement dans le cadre d’un projet de lutte contre le Paludisme (football combating Malaria) qui devait distribuer des milliers de moustiquaires à l’effigie de la star du Fc Barcelone, Lionel Messi qui, en juin 2013 déjà, avait fait un déplacement de quelques heures au Sénégal, précisément à l’hôtel Rhino Resort de Saly, pour ce projet dont il fut le parrain.
Senegal7 avec emedia.sn