Affaire Karim Wade-Amadou Bâ : l’agneau de sacrifice d’un système,pisté hic et nunc

103

Alors ministre de l’Economie et des Finances, sa popularité au niveau de Dakar lui a valu d’être farouchement combattu .Ainsi, pour le tenir loin de la capitale, on le gratifia du poste de chef de la diplomatie Sénégalaise. Qui il ? il s’agit bien d’Amadou Bâ himself. On lui mène une guerre sans merci au sein de son propre camp mais il fallait bien saisir une aubaine pour le mettre au pas.Son communiqué tendant à nier une éventuelle réhabilitation de Karim Wade par l’Etat du Sénégal est une brèche ouverte par ses détracteurs qui ne chercheraient qu’à le couler politiquement.
En politique, souvent, l’on se cache toujours sur des faits avérés pour en découdre avec ses adversaires. Et l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ semble s’inscrire sur cette lancée. Flanqué coordonnateur des Parcelles Assainies, ses coudées franches lui auront permis de remporter certaines batailles récentes même si d’aucuns lui contestent ce challenge. Mais devant un conglomérat d’hommes politiques aux ambitions décuplées, Amadou Bâ commençaient à leur faire de l’ombre. Il fallait donc une stratégie mûrement réfléchie pour le tenir à l’écart des enjeux politiques de Dakar. Et le coup a porté car le Chef de l’Etat lui a légué le poste très convoité de Chef de la diplomatie sénégalaise. De quoi le tenir à l’écart du pays pour annihiler ses ambitions politiques. Ne pouvant pas être au four et au moulin, il est obligé de se tenir à carreau. Mais là, ne s’arrêtent pas ses bisbilles car, ses détracteurs ont trouvé le moyen de le trouver dans son terrain de prédilection pour le déstabiliser afin que le Chef de l’Etat puisse le griller une bonne fois pour toute. Moustapha Kâ a émis l’idée du gouvernement d’être disposé à réhabiliter Karim Wade face au comité des Droits de l’homme de l’Onu dont le Sénégal assure la présidence. Contre toute attente, Amadou Bâ a pondu un communiqué laconique dans lequel, il bat en brèche cette position affichée du gouvernement. Amadou a-t-il mordu à l’hameçon de ses détracteurs tapis dans l’ombre ? En tous les cas, la réaction de ses supérieurs en diront long sur les intentions d’un système qui ne cesse de pister ses hommes les plus ambitieux hic et nunc pour les mettre hors d’état de se bâtir une aura politique en prévision de 2024.
Assane SEYE-Senegal7

Show Comments (103)