Accueil Actualités Affaire Khalifa Sall-Cheikh Yérim : « La politisation du dossier a conduit...

Affaire Khalifa Sall-Cheikh Yérim : « La politisation du dossier a conduit à sa spoliation

Cheikh Yerim Seck
Cheikh Yerim Seck

Ce mercredi, l’émission  Faram Faccé de Pape Ngagne Ndiaye de la Tfm a reçu sur son plateau deux éminents journalistes et analystes politiques de la place, Babacar Justin Ndiaye et Cheikh Yérim Seck. Au menu de leurs débats, il s’était agi pour ces sommités  de tailler bavette sur l’actualité nationale et internationale. Notamment, sur la pénurie d’eau qui accable les Dakarois, sur les affaires Karim Wade et Khalifa Sall et sur la présidentielle de 2019, entre autres.

Les Sénégalais ont eu droit, ce mercredi, à une émission Faram Faccé au cachet particulier en raison surtout de l’intérêt suscité par les débats. Sur la question de la pénurie d’eau à Dakar, Babacar Justin Ndiaye a indiqué que le Premier Ministre Mahammad Boune Abdallah devrait parler aux Sénégalais  car la date échue du 20 juillet dernier  pour un retour à la normale du calvaire n’a pas eu l’effet escompté. Quant à Cheikh Yérim Seck, selon lui, cette pénurie d’eau dépasse le Premier ministre. Cependant, les temps forts de l’émission s’articulaient surtout autour des  affaires Khalifa Sall et Karim Wade. Pour Babacar Justin, si le champ politique n’est pas pacifié, ce sera le Kalachnikov qui aura droit de cité. Et d’ajouter : « sans Eau, pas d’Emergence ». L’ancien journaliste de Jeune Afrique a pour sa part soutenu que le dossier Khalifa Sall procède de la reddition normale des comptes mais que la politique est entrée dans le dossier au point de le spolier. Ce qui selon lui, augure d’un mauvais présage en ce qui concerne la candidature du maire de Dakar, Khalifa Sall. En effet pour Cheikh Yérim Seck, le dossier n’a plus de solution car si Khalifa Sall sort de prison, il va pour sûr remporter  la prochaine présidentielle. Il en est de même pour Babacar Justin Ndiaye qui est d’avis que le dossier Khalifa est arrivé  en un point de non-retour, et que l’arrêt de la Cedeao lui fait éprouver une certaine honte quant à l’image de  la diplomatie Sénégalaise qui s’en est retrouvée lourdement entamée.(…).Par rapport à la prochaine présidentielle, nos analystes sont d’avis qu’il y aura pas beaucoup de candidats, nonobstant les 24 postulants déjà déclarés aux  starting-blocks. S’agissant de l’affaire Karim Wade, Cheikh Yérim aurait déclaré que ce dossier  est différent de celui du maire de Dakar, et que Wade-fils n’aurait pas son pesant d’or si tenté est qu’il participe à la prochaine présidentielle. (…).

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici