Accueil SOCIETE Affaire Ndingler: Des menaces pèsent-elle sur l’inamovibilité du titre foncier?

Affaire Ndingler: Des menaces pèsent-elle sur l’inamovibilité du titre foncier?

Dans l’affaire qui l’oppose  aux villageois de Ndingler, Babacar Ngom,Directeur Général de Sedima est le seul à détenir un titre foncier. Donc,il est  le propriétaire exclusif de cette bande de terre de 225 ha. C’est la loi qui le lui concède de plein droit. Si par extraordinaire, l’Etat va jusqu’à restituer provisoirement ses terres aux populations contestataires,l’Etat va non seulement à l’encontre de la loi mais aussi,elle enlève drastiquement au titre foncier  son caractère inamovible. 

 

Dans l’affaire Ndingler qui continue de défrayer la chronique,les supputations vont bon train et les Sénégalais restent plus que divisés.Si certains de nos compatriotes sont d’avis que Babacar Ngom est détenteur d’un titre foncier et donc reste le propriétaire exclusif de ces 225 ha,d’autres par contre soutiennent que ces terres appartiennent aux populations de Ndengler.

En toile de fond,le débat s’est transformé en dualité entre la légitimité défendue par les populations de Ndingler qui s’adossent sur le legs ancestral et la légalité incarnée par Babacar Ngom qui a brandi un titre foncier irréprochable.

Les populations de Ndingler  qui sont les autochtones réclament leurs terres suivant une tradition alors que les terres sont tombées dans les mains de l’Etat depuis  la loi de 1964 sur le Domaine National.

S’appuyant sur cette  légitimité, le chef de village de Ndengler, Abdoulaye Dione  et compagnie se sont farouchement opposés au projet de la Sedima au sein de leu localité.

Un combat dans lequel ils n’ont pas été seuls car la plupart des Sénégalais ont pris faits et causes dans cette affaire. Un collectif pour la sauvegarde des intérêts  des populations de Ndengler  a été mis en place même si par ailleurs ces terres ne les appartiennent plus légalement.

Pendant ce temps, Babacar Ngom et la Sedima brandissant son titre foncier  use de la légalité pour passer à la valorisation de ces 225 ha. De l’attribution d’une délibération de l’ancienne communauté rurale de Sindia, Babacar Ngom obtient un bail en 2015 et accède au titre foncier par un décret du président de la République en 2019.

Donc,  le DG de Sedima possède légalement ses terres nonobstant le tollé soulevé par cette affaire sur le plan national. Même s’il ne détient pas la légitimé sur ses terres, l’homme d’affaire  a consenti les céder provisoirement aux contestataires.

Cependant, dans cette dualité entre la « légalité »  et la « légitimité », le titre foncier semble recevoir un sacré coup. Car si l’Etat du Sénégal peut faire fi de la « légalité » concédée à l’homme d’affaires, pour  laisser triompher temporairement la légitimité, l’affaire devient politique.

C’est comme qui dirait que l’on cherche à calmer ses populations dans une logique purement politicienne. Les élections locales et législatives pointent à l’horizon et le pouvoir ne voudrait en aucun cas les perdre dans ce fief de Ndengler.

Si  dans une République, les lois sont faites pour être respectées et appliquées, il urge de se demander si les populations de cette localité ne sont pas en train d’être bernées ? Car au final, c’est toujours la légalité qui l’emporte sur la légitimité d’autant plus que la loi sur le Domaine National consacre la vétusté du legs ancestral  au profit de l’immatriculation ou du titre foncier.

 

                                                               Mouhamadou Sissoko-Senegal7

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici