Affaire Sweet beauty : Me El Hadj Amadou Sall demande à Sonko de faire confiance à la justice

Le dossier judiciaire qui oppose le leader du parti Pastef, Ousmane Sonko, et la jeune masseuse, Adji Sarr, sera traité de manière impartiale. C’est la conviction de Me El Hadj Amadou Sall. Invité à l’émission Jury Du Dimanche sur Iradio, l’ancien ministre de la justice demande à Ousmane Sonko de faire confiance à la justice.

De l’avis de Me El Hadj Amadou Sall, le juge d’instruction, en charge de ce dossier, a l’estime et la considération de ses pairs. Ce qui signifie qu’il est un bon magistrat.  » Il (le juge) fait partie de ceux qui font leur métier avec honneur. Il fera son travail. Et si son travail aboutit à ce qu’il n’y ait pas de charges contre un inculpé, il n’y aura pas de charges. Si son travail est tel qu’il faudrait tirer les choses au clair en renvoyant la personne au jugement, il le fera « , a-t-il laissé entendre à l’émission JDD, ce dimanche, sur Iradio (90.3).

L’ancien porte-parole du Pds n’a pas manqué de donner des conseils au leader du Pastef :  » son ambition, c’est d’avoir le destin des Sénégalais entre ses mains et d’être l’incarnation de la volonté populaire. Celui qui est l’incarnation de la volonté populaire fait un serment d’observer scrupuleusement comme de faire observer les lois et règlements. Et si on a cette ambition, on ne peut pas contester nos institutions. S’il le fait, j’aurais des doutes sur sa capacité à diriger le pays. Nous n’en sommes pas là. Je pense qu’il gardera toute sa retenue, il gardera toute sa dignité pour mériter la confiance des Sénégalais. S’il est élu, il sera le Président de tous les Sénégalais. Le président de tout le monde doit protéger tout le monde. Il doit veiller à la sécurité de nos personnels de sécurité. Ces derniers méritent le respect. On ne doit pas les vouer aux gémonies. Nos personnels de justice méritent le respect. On ne doit pas les jeter à la vindicte populaire, parce que le président de la République est chargé de veiller au bon fonctionnement des institutions « .

Diaraf DIOUF Senegal7