Ageroute

Afghanistan : le chef suprême des talibans ordonne de ne pas «punir» les anciens responsables

1

En Afghanistan, alors que plusieurs ONG accusent le régime islamiste de violences et d’exécutions sommaires, le mollah Hibatullah Akhundzada a appelé à respecter son amnistie dans une rare allocution devant des responsables afghans à Kandahar, au sud du pays.

Le chef suprême des talibans s’est exprimé après la diffusion d’une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux. Elle dévoile le passage à tabac d’un ancien officier de l’armée dans une cellule par deux combattants talibans.

Deux rapports accablants publiés courant décembre, l’un des Nations unies, l’autre d’Amnesty International, ont mis en lumière des centaines d’exécutions extrajudiciaires perpétrées par les talibans depuis leur prise de pouvoir sur des gens soupçonnés d’avoir travaillé pour l’ancien gouvernement.

L’ampleur des exécutions inconnue

Selon Amnesty International, les combattants talibans ont exécuté sommairement des hommes civils par des tirs à la tête, à la poitrine ou au cœur. Des homicides qui constituent des « crimes de guerre ».

Des témoins rapportent que si certains des hommes exécutés avaient servi par le passé au sein des forces nationales afghanes de défense et de sécurité, aucun d’entre eux ne prenait part aux hostilités au moment où ils ont été tués.

L’ampleur des homicides à l’échelle nationale reste inconnue, car les talibans ont coupé l’accès aux services de téléphonie mobile ou fortement restreint l’accès à internet. Surtout dans de nombreuses zones rurales, note RFI.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

Show Comments (1)