Accueil Actualités Aide/covid-19 : Attention à l’effet boomerang !

Aide/covid-19 : Attention à l’effet boomerang !

Boomerang,aide/Covid-19

En psychologie sociale, on parle d’effet boomerang quand une tentative de persuasion a l’effet inverse de celui attendu et renforce les attitudes de la cible plutôt que de les modifier. C’est cela que l’on craint de l’aide alimentaire destinée aux populations impactées par le covid-19.

Car, nombreux sont les Sénégalais qui ont laissé entendre que cette aide est loin de satisfaire les Sénégalais sur toute l’étendue du territoire national. Ce, du fait du taux de pauvreté jugé élevé dans le pays.

Cette aide qui entre dans le cadre des mesures sociales annoncées par le chef de l’Etat pour soutenir les Sénégalais durant cette période de crise causée par le coronavirus, pose une question cruciale de la distribution des vivres aux familles les plus démunies. Une enveloppe de 69 milliards pour l’achat de vivres au bénéfice d’un million de ménages éligibles. La liste des familles bénéficiaires a été publiée. Cependant, la répartition créée déjà des frustrations et inquiétudes chez certains Sénégalais

Le tableau de répartition de ces vivres a été publié et Dakar qui s’accapare de la part du lion à cause de l’importance de sa population, verra toutes ses communes prises en compte. Les grandes villes accueillant un monde fou comme Pikine ont le plus grand nombre de bénéficiaires. Suivent Grand-Yoff, Keur Massar, les Parcelles Assainies où l’on recense respectivement 17.632, 14.130 et 12.889 ménages qui bénéficieront de l’aide alimentaire.

Cependant, la grande inquiétude réside sur les bases de données issues certainement de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) sur lesquelles l’Etat s’est basé pour faire le dispatching. En cela, des centaines de familles vulnérables seront lésées vu que ces données sur lesquelles le ministère du Développement communautaire s’est basé sont caduques. S’ils se basent sur les enquêtes de l’Ands, ils feront fausse route dans la mesure où les données ont beaucoup changé. Certaines des familles qui ont été enrôlées afin de bénéficier des bourses de sécurité familiales ont aussi vu leur situation de précarité changer positivement selon les données de la Délégation générale à la solidarité nationale et d’autres pauvres ont vu le jour entre temps.

Il y aura certainement des manquements dans les critères de sélection. Beaucoup de familles qui n’ont pas bénéficié des bourses sont pourtant dans la précarité. Il y a aussi les nouveaux pauvres que le coronavirus a créés suite à l’arrêt des activités de certains pères et mères de famille. Des dizaines de milliers de familles très vulnérables seront laissées en rade.

L’Etat ne pouvait que se référer aux bases de données de l’Ansd, l’institution publique de référence habilitée à produire des statistiques, pour trier les potentiels bénéficiaires. A coup sûr, les données (nombre de ménages) mises à la disposition de l’Etat ne sont toujours pas d’actualité.

Il est également sûr que des familles vulnérables seront omises. Pour effet un effet boomerang, l’Etat devrait mettre en hormis les gouverneurs, préfets et sous-préfets à contribution, les maires, les délégués de quartiers et les chefs de villages. Ces derniers maitrisent plus leurs localités.

Et cette mauvaise répartition peut engendrer des déchirements dans certaines localités entre populations. Ce qui peut aboutir à une situation fâcheuse aux conséquences incommensurables.

On peut envisager le scénario en faisant la distribution en deux phases. La première consistera à couvrir les ménages qui ont été sélectionnés et, avant d’entamer la deuxième phase, voir s’il y a des ménages qui n’ont pas reçu. Après, faire la seconde distribution pour faire un maillage total du nombre qui a été préalablement fixé. C’est une solution envisageable mais qui sera très difficile au plan financier et matériel.

Sinon, les tenants du pouvoir qui semblent bien faire risquent de payer chère cette distribution de vivres aux prochaines joutes électorales. Car, en pareille situation tous ceux qui sont laissés en rade usent de leurs cartes électorales pour se venger. C’est cela l’effet boomerang, c’est-à-dire l’inverse de celui attendu et renforce les attitudes de la cible plutôt que de les modifier.
Senegal7

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments