Accueil Actualités ANALYSE DES RESULTATS: Le vote identitaire a fonctionné à plein régime

ANALYSE DES RESULTATS: Le vote identitaire a fonctionné à plein régime

Ce n’est peut-être pas le critère déterminant dans le choix de l’électeur. Mais, une fois que la clameur sera retombée, que l’adrénaline aura baissé d’un cran, les spécialistes de l’anthropologie politique pourront se pencher sur l’élément identitaire comme un des éléments de fabrication d’une opinion électorale.

Tous s’accordent à dire que le Sénégal repose sur des fondamentaux solides qui le mettent à l’abri d’un certain subjectivisme électoral. Mais, l’élection présidentielle de dimanche dernier incline à penser que la motivation identitaire a fonctionné à plein régime dans l’isoloir. C’est ainsi que le plus jeune des candidats, Ousmane Sonko, a réalisé ses meilleurs scores dans la région naturelle de Casamance. Un désir d’ailleurs, ajouté à une identification à l’enfant du «pays», ont été déterminants dans le choix.

A Thiès, Idrissa Seck est resté maître des rails. Ses scores les plus pharaoniques, il les a réalisés dans sa ville natale. Laquelle, depuis qu’il s’est engagé en politique, n’a eu de répit de le porter en triomphe. Ce qu’elle aura payé au prix fort. Beaucoup de projets d’investissements d’envergure initiés dans la région rebelle ont été, soit arrêtés, soit délocalisés dans d’autres zones plus favorables. Parallèlement, cela a fait l’affaire de beaucoup de cadres thiessois en soif de carrière. Il suffit de s’opposer à Idy pour bénéficier d’un décret de nomination. Malgré ces «promotions» calculées et méticuleusement cadrées sur des ambitions de conquête et/ou de reconquête, la région de Thiès demeure «orange», si l’on s’en tient aux premières tendances compilées à partir des résultats sortis des bureaux de vote. A la limite, on dirait qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Ce qui l’est, en revanche, c’est cette folle percée de Seck dans le Baol, notamment à Touba, une des villes qui ont la plus forte densité électorale. Dans le «pays mouride», la mayonnaise Madické n’a pas tenu ses promesses. Alors que, surfant sur cette fibre, le candidat de la coalition Madické2019 était crédité d’une large victoire, du fait, notamment, de l’absence d’un candidat Pds, béni par le Pape du Sopi, la surprise a été grande de le voir squatter le rang du troisième larron, au profit d’un Idrissa Seck qui y a le vent en poupe. Auparavant, chacune de ses apparitions dans la capitale du mouridisme a drainé un monde fou sur son passage. La déferlante «orange» aura même été fatale à son lointain successeur à la Primature. Mahammed Boun Abdallah Dionne qui a eu la mauvaise idée d’y faire un petit tour à 48 heures du scrutin pour on ne sait quoi d’ailleurs a appris à ses dépens qu’Idrissa Seck est le nouveau maître des lieux. Reconverti, même sur le tard – l’adage dit mieux vaut tard que jamais – au mouridisme, Idy a profité d’un retour d’investissement religieux.

Un autre qui a profité du vote identitaire, c’est bien le Président sortant, Macky Sall. Celui qui se définit comme étant d’«ethnie pulaar et de culture sérère» a trusté ses meilleurs scores au Fouta et à Fatick. A Podor et Matam, sur la base des résultats publiés par les bureaux de vote et relayés par les médias, il n’est pas exagéré dire que Macky y a réalisé des scores soviétiques. Dans les pays de la diaspora issue de ces contrées comme le Gabon et le Congo, Sall a littéralement survolé ses concurrents.

Ce n’est peut-être pas dans les mêmes proportions. Mais, signe que l’identité joue dans le comportement électoral, Issa Sall a fait carton plein dans sa ville natale de Tattaguine.
senegal7