Accueil Actualités Après avoir démissionné : Le magistrat Ibrahima Dème « bousille » la...

Après avoir démissionné : Le magistrat Ibrahima Dème « bousille » la Justice et l’Exécutif !

Le juge Ibrahima Dème démissionne de la magistrature après avoir une première fois démissionné du Conseil supérieur de la magistrature (Csm), l’instance qui décide de la carrière des juges et  des procureurs. Le manque d’indépendance du temple de Thémis qu’il n’a jamais cessé de clamer lui avait valu d’être épinglé par les autorités .Aujourd’hui, il claque la porte de la magistrature et déclare que la Justice a perdu sa crédibilité et de son autorité, renseigne  WalfQuotidien.

La démission du juge Ibrahima Dème du Conseil supérieur de la magistrature est  parti pour imprimer ses marques à une Justice sénégalaise aux ordres de l’Exécutif. En effet pour ce magistrat émérite, la magistrature est de plus en plus fragilisée, voire malmenée de l’intérieur comme de l’extérieur. « Il en est résulté une crise sans précédent de la justice qui a perdu sa crédibilité et son autorité. Aujourd’hui, elle ne joue plus son rôle de gardienne des libertés individuelles, de régulateur social  et d’équilibre des pouvoirs », martèle Ibrahima Dème. Et ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le démissionnaire d’ajouter : «Il faut néanmoins souligner que le naufrage de la Justice, c’est non seulement un manquement du Président de la République à son obligation constitutionnelle de garantir l’indépendance de la Justice, indispensable pour la survie de notre nation et de notre démocratie,  mais aussi de la responsabilité d’une importante partie de la hiérarchie judiciaire qui selon lui, a distillé dans le corps, une culture de soumission qui a progressivement remplacé une longue culture d’honneur, de dignité et d’indépendance ». Ainsi, pour se faire mieux comprendre, le  juge Dème a indiqué la politique politicienne et les intérêts privés, ont désormais pris le dessus sur les intérêts supérieurs de la nation, de sorte que ceux qui décident, ne savent pas et ceux qui savent ne décident pas. En lieu et place d’une gestion transparente, sobre et vertueuse promise, précise-t-il, on constate une gouvernance folklorique, clientéliste, népotiste gabegique et laxiste. Nos maigres ressources de pays pauvre et très endetté sont dilapidées à des seules fins politiciennes », s’accorde-t-il. Dire que cette lettre du magistrat Ibrahima Dème à ses compatriotes sénégalais est une véritable invite à la refondation de la Justice de notre pays. Et ce, à quelques trois jours du procès tant attendu du maire de Dakar Khalifa Sall placé  sous mandat de dépôt depuis le 8 mars 2017 et épinglé dans le cadre de la caisse d’avance de sa municipalité.

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici