Accueil Actualités Après avoir reçu le Pds sur un plateau d’or : Que va...

Après avoir reçu le Pds sur un plateau d’or : Que va en faire Karim !

Capture

Terré à Doha depuis sa sortie de prison, Karim Wade le fils de Me Wade fait figure de fils à papa que tout sourit ou à tout le moins, le parti démocratique Sénégalais (Pds).On l’avait taxé de créer un courant à l’intérieur du parti avec son mouvement la « Génération du Concret ». Mais il lui fallait poser les jalons d’un futur Pds qu’ils se devait de recevoir des mains de son leader. Aujourd’hui, ce rêve s’est transformé en réalité. Mais la question est de se demander ce qu’il va faire du Pds ?
Un parti démocratique Sénégalais (Pds) dépouillé de ses militants et responsables les plus valeureux risque à bien des égards de fragiliser ses rangs. Au bon vouloir du Pape du sopi, les Karimistes se sont taillés la part du Lion avec le nouveau Secrétariat exécutif national du parti. Du coup, certains militants et responsables qui ont tout donné au parti ont préféré décliner l’offre de poste qu’on leur a attribué pour rester de simples libéraux accrochés aux idéaux du parti. La « Génération du Concret » qui relève plus de l’effet de manche que d’un mouvement politique visible dans les quatre coins du Sénégal était aux As du temps de la toute puissance de Wade. Mais aujourd’hui, les données ont virtuellement changé car ce mouvement se réduit à Karim Wade. Et ce dernier ne capitalise aucune expérience politique encore moins la prégnance requise d’homme politique susceptible de haranguer les foules et de convaincre par le verbe. Qu’est-ce que Karim va faire du parti de son père ? A l’heure actuelle, peut-il s’imposer par la non-représentativité ? Autant de questions continuent de tarauder les esprits et de dévier le parti démocratique Sénégalais de sa trajectoire de parti d’opposition fort, organisé et ayant remporté plusieurs batailles sur l’échiquier politique national. Car Karim ne ferait qu’affaiblir le Pds. Il n’aurait ni la dextérité, ni la capacité de conduire ce parti, encore moins le courage de présider aux destinées de notre pays. En effet le propre d’un fils à Papa, c’est d’attendre toujours que l’on soit servi sur un plateau d’or loin des meetings, des brimades, des invectives et des manœuvres politico-politiciennes. Or, en politique, c’est une autre paire de manche. Il faut être soi, être sénégalais, parler les langues nationales et savoir apprivoiser sa « sénégalité » afin de bénéficier de la sympathie des citoyens. En politique, il ne s’agit pas d’être le fils de Wade pour bien le faire mais il s’agit de savoir ce que veulent les Sénégalais et arriver à les convaincre de voter pour soi. Que va faire Karim du Pds devient à la limite un questionnement qui n’appelle guère de réponse pour le moment !
Assane SEYE-Senegal7