Accueil Education Après le succès du Partenariat mondial pour l’éducation : Les...

Après le succès du Partenariat mondial pour l’éducation : Les revendications des enseignants non satisfaites

Après le partenariat mondial pour l’éducation qui aura connu un franc succès avec la présence du Président Français, Emmanuel Macron  aux cotés du chef de l’Etat, Macky Sall et plusieurs de ces pairs africains et de l’ « ambassadrice » Rihanna, les enseignants continuent de  tirer sur la sonnette d’alarme par rapport à leurs revendications toujours  non satisfaites par le gouvernement.

Après le franc succès ayant sanctionné le partenariat mondial pour l’éducation tenu à Dakar  ce vendredi  2 février 2018, avec la présence du président Français, Emmanuel Macron, plusieurs de ses pairs africains et l’ambassadrice de l’éducation, la star Américaine Rihanna, les résultats escomptés ont même dépassé les attentes. En effet  plus de 1000 milliards de nos pauvres francs ont été mobilisés par les parties prenantes pour permettre à plus de 800 enfants d’être scolarisés. Certes, cette rencontre de haut niveau aura permis à plusieurs chefs d’Etat de la sous région de rehausser de leur présence ce partenariat mondial mais il serait tout aussi judicieux de préciser que l’éducation relève du domaine de la souveraineté pour tous les Etats du monde. Du coup, il apparait énigmatique de l’arrimer à un partenariat mondial dont on sait clairement qu’il n’est que temporaire. Or l’éducation est le pilier fondamental sans lequel, aucun pays au monde ne peut se prévaloir d’un quelconque développement. Pour ce faire, il appartiendra aux africains de se  passer de l’aide sur ce domaine de souveraineté nationale. Ailleurs, il serait tout aussi stupéfiant de vouloir booster l’éducation sans pour autant prendre en compte les revendications des enseignants sans qui l’éducation ne retrouverait jamais ses lettres de noblesse. En effet après ce partenariat mondial pour l’éducation qui  a connu un  franc succès et pour montrer leur dépit par rapport à ce paradoxe existentiel dont se prévaut le gouvernement, les enseignants ont remis sur la table leurs principales revendications. Ils menacent ainsi de lancer des préavis de grèves si rien n’est fait pour la satisfaction de leur plateforme revendicative. C’est dire que dans ce   « capharnaüm politique », d’une main on gratifie les élèves d’une manne financière de 1000 milliards de francs CFA et de l’autre, on dévalorise ceux qui leur prodiguent  des enseignements. Un véritable paradoxe au pays de la teranga !

Senegal7.com

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments