Après les pluies ,les délestages : Habib Aidara, Sg du Sutelec alerte

Si l’Etat ne fait rien pour approvisionner les centrales privées de Tobène et Contour Global à l’origine des délestages notés ces derniers jours, on va assister, sous peu, à un blackout. C’est l’avis du secrétaire général du Sutelec, Habib Aïdara. Il a aussi révélé que le combustible acheté par la Sar et livré à la Senelec n’est pas destiné aux machines de la Senelec.

 Le Sénégal va-t-il renouer avec les coupures intempestives suite aux perturbations notées, ces derniers jours, dans la fourniture en électricité ? Tout porte à le croire, si la situation persiste. Pire, de l’avis du secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de l’électricité (Sutelec), Habib Aïdara, on peut assister, sous peu, à un blackout si rien n’est fait par les autorités. Revenant sur la genèse de cette situation, le syndicaliste rappelle que l’acquisition par la Société africaine de raffinage (Sar) d’un mauvais combustible est à l’origine de ces délestages. En temps normal, dit-il, c’est la Sar qui importe le fuel, procède au raffinage, avant de le vendre à la Senelec qui, à son tour, fournit les centrales privées, en l’occurrence Ipp de Tobène Power, Contour Global et Kar Power Ship qui sont, entre autres, les sources internes de production d’électricité pour la Senelec.

Le mauvais combustible livré à la Sar à l’origine de cette situation

Cependant, avec les difficultés rencontrées par la Sar qui sont à l’origine de l’arrêt de ses machines, la société de raffinage, explique Habib Aïdara, a été obligée de se tourner vers d’autres producteurs qui sont au Sénégal pour être en mesure de ravitailler la Senelec en combustible. Seulement, le patron de Sutelec se désole de constater que le combustible livré par les producteurs à la Sar n’est pas destiné aux machines de la Senelec. «Le produit acheté par la Sar n’est pas conforme aux spécifications techniques pour l’utilisation dans ces centrales. C’est pourquoi, toutes ces centrales privées sont à l’arrêt parce qu’elles n’ont pas de combustible. C’est ce qui est à l’origine des délestages et au fur et à mesure, on s’approche d’un blackout dans un proche avenir», déclare le syndicaliste.

L’autonomie des centrales privées précaire

Les risques d’un blackout sont d’autant plus pesants,révèle le syndicaliste, que l’autonomie des centrales privées est précaire. En d’autres termes, l’Etat doit approvisionner ces centrales privées au plus vite. «Les autorités doivent faire de la question énergétique une priorité. Autant, le ministre du Pétrole a estimé que le kérosène était maîtrisé, autant, le gouvernement doit faire en sorte que les machines de la Senelec soient sécurisées. Malheureusement, le gouvernement est dans la réaction et non dans l’anticipation», fulmine Habib Aïdara qui rappelle que les délestages menacent la sécurité publique. A l’en croire, en ces temps où les agressions sont perpétrées en plein jour, la situation risque de s’aggraver si les délestages surviennent. En outre, le syndicaliste rappelle que les délestages exposent la Senelec et ses bureaux, avant d’inviter l’Etat à mettre un terme à cette situation.

Les politiques invités à taire leurs querelles et s’occuper des questions vitales

Par ailleurs, Habib Aïdara n’a pas manqué de s’en prendre aux acteurs politiques, notamment avec le débat qui tourne autour des listes électorales au détriment d’une question cruciale qu’est l’électricité. Les politiciens, dit-il, doivent reléguer leurs querelles au second rang et s’occuper, sinon se prononcer sur les questions vitales, notamment l’eau et l’électricité. «Autant on interpelle les politiciens, autant la Direction générale de la Senelec, par le biais du directeur de la production, doit sortir de son mutisme et donner la bonne information aux Sénégalais», renchérit M. Aïdara qui a également dénoncé le mutisme des centrales syndicales alors qu’elles devraient prendre en compte les préoccupations des travailleurs.

Assane SEYE-Senegal7