Accueil Actualités Après Madior Fall, Aly Ngouye invalide : Que reste-t-il de la candidature...

Après Madior Fall, Aly Ngouye invalide : Que reste-t-il de la candidature de Karim ?

Le  « dépiècement progressif » de la candidature de Karim Wade se poursuit de plus bel au sein du camp de la majorité. Sur la Tfm, le ministre de la justice a  « brûlé vif » cette candidature jugée irrecevable. Lui emboîte le pas, le ministre de l’intérieur Aly Ngouye Ndiaye. Du coup, l’on est tenté de se demander ce qui reste réellement de cette candidature attaquée de tous parts par ceux qui ne veulent plus du fils de Wade aux   starting-blocks de la présidentielle de 2019.

Décidemment, les « étrennes » de Karim Wade via sa page Facebook dédiés à la majorité, à l’occasion de la fête de Korité, semble porter ses fruits.  En effet le nouveau chef de fil du parti démocratique sénégalais (Pds) aura réussi, en un temps record, à secouer le cocotier du Macky dont les déclarations d’invalidation de  sa candidature, continuent de fuser de partout. Ainsi, après les déclarations fracassantes du ministre de la Justice, Ismaila Madior Fall, qui a déclaré sur le plateau de l’émission « Quartier général » de la Tfm, que Karim ne serait plus éligible en raison de sa condamnation à 5 ans de prison. Voilà que le ministre en charge de l’intérieur, Aly Ngouye Ndiaye a embouché la même trompette. Naguère aussi, Seydou Guèye, ministre et porte parole du gouvernement, aurait indiqué que si Karim  Wade foule le sol sénégalais, il ira directement en prison. Des menaces voilées qui renseignent de l’état d’esprit des gens du pouvoir, et qui  sont moins une volonté de gérer le pays de façon décente que de liquider un adversaire politique devenu trop gênant. Aussi, l’instauration de la loi sur le parrainage pour filtrer les candidatures  « désagréables » du côté des opposants est venue couronner les abus inextricables d’un pouvoir qui ne sait plus comment s’arrêter en termes de prévarications. Les sénégalais assistent ainsi à une descente aux enfers d’un Macky méconnaissable. Faut-il en rire ou en pleurer, en tous les cas, Cheikh Tidiane Sy Al  Makhtoum l’avait si bien  prédis dans ses prêches. «  Si l’on ne sanctifie pas ce pays, l’on risque à bien des égards de le draper de sang ». Et cette « apocalypse » pour le moins plausible, aucun  fils de notre pays ne devrait le souhaiter pour des raisons éminemment partisanes.

Senegal7.com