Accueil Actualités Assane Samb-Apparence de réussite, solitude, peur de l’échec: Le paradoxe de l’émigration

Assane Samb-Apparence de réussite, solitude, peur de l’échec: Le paradoxe de l’émigration

Le geste posé par le Sénégalais Ousseynou Sy en Italie, en brûlant un bus qui transportait une cinquantaine de personnes, met à nu un drame personnel vécu par nombre d’émigrés en Europe. Il s’agit de la solitude, de la psychose permanente, de la peur de l’échec, le tout masqué parfois par une apparence de réussite.
En effet, selon les critères de réussite en vogue dans ce milieu, Ousseynou faisait partie des privilégiés. Il avait la nationalité italienne, ce qui est très difficile, avait un travail, ce qui n’est pas donné à tout le monde, surtout dans le milieu du transport, et avait certainement un logement.En somme, il donnait les apparences d’une réussite, contrairement à nombre de ses compatriotes qui n’ont même pas de permis de séjour et vivent entassés dans des appartements qu’ils partagent avec beaucoup d’autres. Ces genres d’émigrés vivent généralement de vente à la sauvette et autres formes de débrouillardise.Alors, beaucoup ne comprennent pas son geste que tout le monde condamne, y compris dans son pays d‘origine où les enfants, innocents, sont sacrés.La réalité est que l’émigration est souvent un drame individuel qui laisse beaucoup de séquelles aux acteurs. L’homme était marié à une Italienne, avait divorcé dans un pays où la femme a beaucoup de droits. Il avait, comme nombre de ses compatriotes, l’impression d’avoir raté sa vie.Ce qui, par ailleurs, n’est nullement une raison pour faire ce qu’il a fait.Cependant, il est important de s’arrêter sur l’émigration sénégalaise en Europe, aux Etats-Unis et ailleurs, où les partants ont souvent du mal à retourner chez eux pour refaire leurs vies. Nombre d’entre eux restent dans leurs pays d’accueil en s’y agrippant comme à des bouées de sauvetage. Ils n’osent généralement pas rentrer au bercail.Pourtant, ceux qui émigrent ont souvent la vocation de revenir un jour pour refaire leur vie. Mais avec les crises dans les pays nantis du Nord, la difficulté de trouver des papiers et du travail et surtout la nécessité d’entretenir les siens restés au pays, l’émigré a souvent peu de ressources mises de côté pour oser revenir.Malheureusement, pour nombre d’entre eux comme Ousseynou, la réussite est possible mais le bonheur n’est qu’apparent.
Mal du pays
Le Sénégalais a souvent un mal du pays. Il supporte mal l’éloignement, surtout s’il sait qu’il ne peut retourner au Sénégal faute de papiers ou d’opportunités d’investissement digne de ce nom.Le paradoxe de l’émigration est que ceux qui sont au Sénégal rêvent de partir et ceux qui sont partis rêvent de revenir. Et ce drame personnel, tous les émigrés le vivent.Certains perdent même la raison, des suicides, il y en a d‘autant plus qu’une fois sur place, la déception est énorme par rapport aux attentes.Doit-on rappeler que l’Europe n’est pas l’eldorado ? Et qu’il n’y en a pas dans ce globe terrestre. Et que les clichés sur ces pays nantis ne font qu’entretenir l’illusion ? Inutile bien sûr car les candidats au départ n’y croiront jamais. Ils sont tellement subjugués par les images qu’ils voient de ces pays à la télévision et au cinéma, et surtout par l’illusion entretenue de réussite de ceux qui reviennent passer des vacances qu’il est inutile d’essayer de les raisonner.Et pourtant, Ousseynou devrait savoir que si les gens meurent dans la méditerranée, ce n’est pas toujours la faute des pays d’accueil, même s’ils ont barricadé leurs frontières.Ici, chez nous, les jeunes subissent des pressions énormes de la part de leurs parents qui ne leur laissent aucun choix : Réussir ou se faire marginaliser dans sa propre famille.A cela s’ajoute l’insuffisance des perspectives d’emploi à cause des passe-droits, de la corruption, de la mauvaise gouvernance et surtout de la mauvaise foi de certains dirigeants.A ce propos, les seules réflexions qu’il y a sur ce chapitre sont de la part de pays européens. En Afrique, c’est silence-radio. Les dirigeants font semblant de ne rien savoir.Dommage que l’acte posé par ce Sénégalais ne fera que donner raison à l’extrême droite italienne et aux nationalistes à courte vue qui risquent de se radicaliser davantage contre les immigrés.
Assane SEYE-Senegal7

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments