Accueil Actualités Assassinat de Kennedy : ce que révèlent les documents déclassifiés

Assassinat de Kennedy : ce que révèlent les documents déclassifiés

Un mémo montre que le principal suspect, Lee Harvey Oswald, faisait l’objet de menaces de mort, ce que le FBI savait.

Malgré la publication progressive de milliers de documents secrets, le mystère autour de la mort de John Fitzerald Kennedy tarde à se lever, plus d’un demi-siècle après les faits. Les archives nationales américaines ont mis en ligne, jeudi soir, 2891 dossiers secrets liés à l’enquête sur l’assassinat de l’ancien président américain, lors d’une parade à Dallas, le 22 novembre 1963.

Mais l’administration Trump a retardé la divulgation d’autres pièces du puzzle, jugées trop «sensibles». Le président américain a donné six mois aux services de renseignement, jusqu’au 26 avril 2018, pour éplucher ces documents et en censurer, le cas échéant, les parties les plus délicates. Voici ce qu’on apprend des dossiers publiés jeudi.

Sur un étrange appel reçu avant le drame. Vingt-cinq minutes avant la fusillade de Dallas, un journaliste de Cambridge News aurait reçu un appel anonyme. Au bout du fil, l’individu recommande au reporteur d’appeler l’ambassade américaine à Londres pour «quelques grosses nouvelles», avant de raccrocher. En apprenant la mort de Kennedy, le journaliste aurait tout raconté au MI5.

D’après le document de la CIA qui rapporte les faits le 26 novembre 1963, le service britannique de renseignement aurait noté des appels similaires par le passé, liés «au cas de M. Ward». Ward comme Stephen Ward, ostéopathe mouillé dans une affaire d’espionnage impliquant le KGB et le gouvernement britannique.

Sur la mort d’Oswald. Aurait-on pu empêcher l’assassinat de Lee Harvey Oswald ? Un mémo du FBI montre que l’agence avait eu vent de menaces de mort à l’encontre du principal suspect de la fusillade de Dallas. C’est John Edgar Hoover lui-même qui l’affirme, le 24 novembre, alors que le tireur vient d’être abattu par Jack Ruby. «La nuit dernière, nous avons reçu un appel dans notre bureau de Dallas d’un homme parlant d’une voix calme et disant qu’il était membre d’un comité organisé pour tuer Oswald», raconte le patron du FBI.

«Nous avons immédiatement averti le chef de la police et il nous a assuré qu’Oswald bénéficierait d’une protection suffisante. Ce matin, nous avons de nouveau appelé le chef de la police pour l’avertir de la possibilité d’une tentative contre Oswald et, encore une fois, il nous a assuré qu’une protection adéquate serait accordée. Cependant, cela n’a pas été fait», poursuit Hoover, qui juge plus loin «inexcusable» que ces «alertes» n’aient pas été entendues. Selon lui, Ruby aurait nié être l’auteur de l’appel téléphonique.

Sur sa surveillance par le renseignement. Depuis la parution en 2013 du livre «Anatomie d’un assassinat», du journaliste Philip Shenon, on sait que le FBI et la CIA suivaient de près les activités de Lee Harvey Oswald avant son passage à l’acte. Fin octobre 1963, la division du FBI à Dallas est à sa recherche, comme le confirme un mémo jusqu’ici maintenu secret.

Informé de la présence du couple Oswald à une adresse à Irving, au Texas, l’agent James Hosty, chargé de le localiser, se rend sur place le 29 octobre où il questionne un témoin en prétextant mener une enquête pour une compagnie d’assurance. Lors de son audition par la Commission Warren en 1964, James Hosty a expliqué que la personne interrogée, Dorothy Roberts, lui avait dit qu’une certaine Ruth Paine résidait là avec une femme d’origine russe qui s’avérera être Marina Oswald. Un document, révélé en juillet dernier, atteste de cette rencontre.

Sur l’attitude de Moscou. Les contacts du FBI en URSS rapportent à l’automne 1963 que le pouvoir russe auraient accueilli la nouvelle de l’assassinat de JFK avec inquiétude : «Les responsables soviétiques craignaient que sans chef, quelque général irresponsable aux Etats-Unis lance un missile sur l’Union soviétique», dit un document.

Selon la même source, «les responsables soviétiques ont affirmé que Lee Harvey Oswald n’avait aucune connexion quelle qu’elle soit avec l’Union soviétique. Ils l’ont décrit comme un maniaque névrotique qui a été déloyal avec son propre pays». Les différents informateurs du FBI témoignent d’une certitude partagée par les caciques du Parti : Oswald n’a pas agi seul.

… et sur celle de Cuba. En apprenant l’assassinat de Kennedy, l’ambassadeur de Cuba aux Etats-Unis aurait affiché un «plaisir heureux», selon les termes employés par la CIA dans un message déclassifié. Un câble diplomatique aurait enjoint le personnel de l’ambassade de «gouverner leurs actions», suite à quoi l’ambassadeur aurait demandé à son équipe de «cesser de paraître heureuse en public».

D’après un document de la CIA, datant de décembre 1963, «on rapporte que Fidel Castro est extrêmement inquiet de la persistance de l’enquête sur le meurtre du président Kennedy et sur les possibles révélations qui pourraient en résulter». Le «Lider Maximo» a affirmé en 1978 que son pays n’était pas impliqué dans un complot pour tuer Kennedy.

Ce que révèle en revanche aujourd’hui un long rapport de la CIA, c’est que les Etats-Unis ont envisagé à plusieurs reprises de tuer l’ancien dirigeant cubain durant le mandat de JFK.

source: leparisien.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici