L'Actualité en Temps Réel

Assemblée, le fauteuil qui trahit le deal : A qui faire confiance, in fine ?

Après des jours de vrai-faux suspense, Aminata Touré vient de « rétablir » la vérité au sujet de la présidence de l’Assemblée nationale, objet de sa surprenante bouderie lors de l’installation du bureau de la 14e législature.

L’annonce de son point de presse, la veille, aura cristallisé l’attention de plus d’un. Tel le débat sur sa brouille avec le patron de Benno Bokk Yakkar se pose avec acuité. Les à priori fusent de partout : de l’Opposition parlementaire comme de la mouvance présidentielle. Mais il a fallu attendre ce dimanche pour en avoir le cœur net !

En réalité, Mimi qui visiblement, a décidé de rétablir la vérité au sujet de la présidence de l’Assemblée nationale, n’a fait que s’enfoncer.

Après avoir porté son choix sur elle pour diriger le perchoir, assure-t-elle, Macky Sall a  prestement  sapé l’entente scellé pour faire venir un « certain » Amadou Mame Diop du nom du maire de Richard-Toll (nord) par ailleurs Directeur général de  la Société nationale d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco). A sa plus grande surprise !

Aujourd’hui, l’ancienne première ministre n’a trouvé mieux que de rompre sa collaboration avec le locataire du Palais de Roume sur fond de trahison. Mais qui a trahi qui ?

A les entendre parler, on serait tenté subrepticement d’accuser Macky Sall d’avoir trahi sa désormais ex-collaboratrice en changeant de choix à la dernière minute. Ou encore, Aminata Touré, d’avoir trahi son ex-patron pour avoir divulguer une négociation en privée.

Il faut passer outre mesure, ces deux considérations pour se rendre à l’évidence que seul le peuple a droit d’être courroucé pour ce qui s’avère un deal explosé – fortuitement – par le fauteuil de l’Assemblée nationale.

A coup sûr, si elle avait hérité de la présidence de l’Assemblée, Aminata Touré n’aurait pipé mot ni sur l’éventuel troisième mandat de Macky Sall – devenu dernièrement son cheval de bataille – ni sur la préférence familiale. Des choses qu’elle n’a jamais ignorées pour avoir été très proche collaboratrice de Macky Sall comme Première ministre d’abord, puis comme ministre de la Justice et enfin comme présidente du Conseil Economique Environnemental et Social (CESE). Non sans évoquer le poste d’envoyé spécial du Président de la République et autres comme la coordinatrice du pôle parrainage.

Tant qu’elle était dans les lambris dorés du Palais, Mimi [et son ex patron] observerait dans son coin le peuple se déchirer sur un troisième mandat qu’elle juge – à partir de maintenant – « juridiquement et moralement impossible« .

Pour dire que ce peuple se doit d’être plus vigilant et surtout plus mature pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

La présidentielle de 2024 se profilant à l’horizon, les calculs politiques vont bon train. D’où ce scénario « Mackyavélique » qui tient tout le monde en haleine.

Birama THIOR,journaliste