Attaques envers les chefs religieux: L’AIS dénonce

Le président de l’association islamique pour servir le soufisme (AIS),dénonce avec la dernière énergie les attaques dont sont victimes les communautés religieuses au Sénégal.Un condamnation qui intervient après celle du ministre de l’interieur Antoine Diome.
L’Association islamique pour servir le soufisme (AIS),rappelle que, “malgré les appels au calme de la part l’Etat, le problème demeure entier car les insultes et autres propos irrespectueux proférés par les mouvements salafistes et leurs adeptes autour du Dr. Ahmed Lo, leader mondialement reconnu de cette mouvance qui a inspiré Daech et Boko Haram, sont directement issus de son ouvrage édité et largement diffusé par des puissances étrangères“a laissé entre Mame Cheikh Mbacké.
Avant d’ajouter : “Avec un double discours dont il nous a habitué, Dr. Lô n’a jamais retiré une seule phrase de cet ouvrage (Tandis al-ashkhâs fil fikri Sûfî) enseigné au Sénégal dans les écoles salafistes alors que les propos y contenus sont la source même du problème. Nous restons donc sceptiques sur ses diversions et autres appels à la paix tant qu’il ne se ravise pas sur ses propos irrespectueux à l’égard des guides religieux du Sénégal et du soufisme de manière générale“.
En plus Mame Cheikh Mbacké est ses camarades expriment “toute son inquiétude par rapport à l’appel à la mobilisation lancé par les mouvements salafistes extrémistes au Grand Théâtre ce dimanche qui sonne comme une ultime provocation alors que l’Etat a déjà appelé au calme et que les confréries, pourtant visées, ont pour l’instant suspendu toute manifestation en attendant que le gouvernement prenne ses responsabilités. Partout sur les réseaux sociaux, ces appels au Rassemblement des forces salafistes sont relayés, y compris en direction d’organisation et d’individualités salafistes provenant de l’étranger”.
Ils appellent ainsi , l’Etat du Sénégal à agir “pendant qu’il est temps pour éviter à notre pays tout débordement pouvant aboutir à une violence dont notre vivre ensemble et notre cohésion sociale n’ont point besoin, surtout dans un contexte sous-régional instable et lourd de risques sécuritaires“.