Ageroute

Au-delà du Forum : il faut aller vers un Dakar stratégique (Dr Bakary Sambe)

0

Il est, aujourd’hui, l’un des rares moments annuels de connexion effective du monde de la production de la connaissance à celui de la décision et de la planification stratégique. Le Forum international de Dakar qui entre dans sa 7e édition, est désormais parmi les rendez-vous stratégiques du continent qui comptent, battant ainsi en brèche l’idée illusoire et entretenue d’une supposée étanchéité entre le conceptuel, l’opérationnel et le décisionnel.

Né dans le contexte d’une Afrique et d’une région ouest-africaine en pleine lutte contre le terrorisme, cet évènement s’impose à un moment où même les états-majors militaires cherchent encore leurs marques à l’ère de l’asymétrie et de l’obsolescence de la guerre classique comme dirait un certain Muller. Le Forum International de Dakar pour la paix et la sécurité en Afrique n’a pas eu le temps de connaître le monde en transition par la force des mutations géopolitiques tellement la lutte contre le terrorisme s’est invitée sur son agenda dès la première édition. Il est né à un moment crucial où il fallait chercher les moyens de combiner approches préventives et gestion des impératifs et urgences sécuritaires.
Tenu dans un pays vu souvent comme un îlot de stabilité dans un océan d’instabilité sous-régionale, cet évènement désormais durablement inscrit sur l’agenda diplomatico-sécuritaire ressemble à un conclave annuel qui a lieu dans un pays à la lisière des fronts du djihadisme et de l’insécurité. L’un des rares relativement sécurisés pouvant encore être le cadre d’une réflexion sereine sur les grands enjeux régionaux et mondiaux. En fait, cette réalité recoupe la particularité et le statut de Dakar en tant que centre universitaire, de recherche et place importante dans l’attelage régional. En évoquant la situation sécuritaire régionale, je rappelle souvent que Dakar et le Sénégal ont une particularité et un statut de « safe land » abritant les sièges des organisations régionales et internationales mais aussi vus comme le dernier « bivouac » confortable au milieu d’une ceinture de feu. Sa force est aussi sa vulnérabilité dans le sens qu’il est aussi le dernier bastion qui aiguise toutes les convoitises. Dans tous les sens !
Mais le Sénégal est, aussi, l’une des plus importantes destinations universitaires sous régionale, comptant des centres de recherche et des laboratoires scientifiques notamment dans les sciences humaines et sociales. La présence d’institutions de recherches et Think tanks de renommée internationale en plus du positionnement d’institutions comme Centre des Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHEDS), le siège régional du Timbuktu Institute couvrant toute la région, de l’Institut d’études de sécurité (ISS), d’Afrikajom Center, WATHI, IPAR, entre autres structures qui exportent de l’expertise en Afrique et dans le monde, impose notre pays sur le nouvel échiquier de l’économie de la connaissance et de la pensée stratégique. L’inauguration récente de l’Institut de Défense du Sénégal (IDS) conforte le capital de leadership régional de notre pays qui devrait renforcer son rayonnement sur les questions sécuritaires et stratégiques.
C’est pourquoi, le Forum de Dakar, en plus de son statut de rendez-vous annuel prisé du monde de la stratégie, de la sécurité et de l’influence devrait évoluer vers un espace permanent d’échanges, une plate-forme collaborative de veille et d’anticipation, d’alerte précoce sur les crises qui assaillent notre région. Une telle plateforme bien ancrée dans le domaine de de la production des savoirs endogènes devrait, aussi, se nourrir des apports les plus divers pour offrir à l’Afrique et au monde les meilleures synthèses.
Cette idée d’un « Forum permanent » au-delà des deux denses journées annuelles se justifierait davantage avec l’imminence de la présidence sénégalaise de l’Union Africaine dans un contexte où les sujets de réflexion ne manquent pas : l’africanisation des stratégies de lutte contre le terrorisme avec le désengagement progressif de certains partenaires, l’activation et le renforcement des mécanismes d’alerte et d’anticipation sur les causes et facteurs de conflits, la mutualisation en matière de défense etc.
Un tel positionnement du Forum international de Dakar permettrait de migrer d’un évènement rattaché de manière statique à un lieu vers un esprit qui se transporte pour habiter tous les lieux de la réflexion stratégique avec un label « Forum de Dakar ». Il trouverait, ainsi, sa place dans les grandes rencontres internationales avec une dense production continue pour nourrir les débats, ici, en Afrique et partout dans le monde. Cela demandera forcément des efforts de l’Etat du Sénégal, de ses partenaires, du monde scientifique qui trouve de plus en plus d’espace dans ce Forum avec, cette année, une forte diversification des points de vue, des spécialités, des profils et des pays de provenance au-delà de l’espace francophone.
Dans un esprit profondément senghorien, au-delà d’un « rendez-vous du donner et du recevoir », l’instauration de ce Forum de Dakar permanent sonnerait comme la réponse urgente à une pressante demande de valorisation de la production de connaissances endogènes fécondées des meilleurs échanges et pratiques au monde qui nous propulseront vers ce « Dakar Stratégique » au-delà du Forum.
L’esprit est déjà là. Il appartient au Sénégal, à la communauté scientifique, aux partenaires internationaux et à tous les acteurs pertinents de lui donner corps. Ni les ressources, ni le positionnement et encore moins les conditions de possibilités ne manquent pour que Dakar, et par-delà, le Sénégal renforce son ancrage en tant que haut-lieu d’une réflexion stratégique permanente. Il ne reste, pour aisément y arriver, que l’audace d’une vision prospective et la volonté politique. Elle sera à la mesure de l’ambition.
Par Dr. Bakary Sambe, Directeur Régional du Timbuktu Institute
Diaraf DIOUF Senegal7
Leave a comment