Au fait Auchan est toujours là (Par Alassane Thiam)

Incroyable ! Il y a cinq ans, des activistes sénégalais avaient trouvé un slogan emprunté des révolutions arabes : «Dégage» ! La marque de grande distribution alimentaire mondiale, deuxième en France, présente dans plus d’une vingtaine de pays était ciblée : «Auchan Dégage» ! Sans que l’on ne sache les motifs réels de cette injonction. Pourquoi pas Total, BP, Casino, Shell, Delmas, Compagnie sucrière, TWY Ford, (entreprise de carrelage chinoise), la société Turque SUMMA qui a construit le stade de Football Maitre Abdoulaye Wade, la Brioche Dorée, etc.

«Auchan tue le commerce local», c’était le leitmotiv de ses détracteurs, sachant que les boutiquiers vivotaient tant bien que mal. La question de l’intérêt économique de l’implantation de ce supermarché au Sénégal est reléguée au second plan. Or, un pays comme la Côte d’Ivoire, toujours en pleine croissance, attire de plus en plus d’investisseurs, déploie le tapis rouge aux entreprises internationales. Ses dirigeants mettent en avant d’abord l’intérêt de voir sa population retrouver du travail et percevoir des impôts et des taxes pour se développer et se moderniser.

Toutes les entreprises internationales se bousculent pour s’y installer. Les pays développés ou en voie de développement se battent corps et âme pour que les grandes entreprises multinationales s’installent chez eux. Le Maroc a pu attirer l’industrie automobile française, notamment le constructeur automobile Renault, au grand dam des français qui souhaitaient que les emplois restent dans l’hexagone.

Le comble est que cette lutte d’un noyau dur des sénégalais est perdue d’avance car elle ne tient pas compte de l’apparition d’une classe moyenne supérieure sénégalaise et de la forte présence de nombreux employés d’organismes internationaux avec un pouvoir d’achat plus élevé. Ces nouveaux consommateurs réclament des produits de qualité dont la traçabilité est irréprochable. C’est important de noter qu’Auchan ne s’est installé au Sénégal qu’après une sérieuse étude de marché.

Ses dirigeants ne sont pas des enfants de cœur et leur objectif est bien entendu de faire des bénéfices comme toutes les entreprises à but lucratif. Les pays développés ont très tôt compris l’intérêt d’une ouverture contrôlée aux entreprises à fort potentiel économique. Nous avons assisté en 1990 à une grande bataille mémorable qui a eu lieu entre l’Espagne et la France pour l’installation de Disney Land en Europe.

Tous les coups étaient permis pour attirer ce complexe touristique. Le dossier était directement géré par l’ancien premier ministre français et tous leurs réseaux étaient activés pour gagner la bataille de l’emploi, sachant également que les retombées sont non négligeables au niveau des entreprises de sous-traitance et de tourisme. Il fallait bichonner les américains avec quelques réductions d’impôt durant les premières années, construire un nouveau réseau ferroviaire qui relaie Paris à Marne-la-Vallée pour faciliter l’accès au parc de Disneyland. Tout était mis en exergue pour montrer au Mastodonte américain qu’il est le bienvenu en France. Nous pouvons dire que certains activistes sénégalais ont confondu le patriotisme économique aux batailles nationalistes sans fondement économique. Il faut se rendre à l’évidence qu’Auchan a créé des centaines d’emploi, a favorisé le développement des produits locaux : plus de 90% de viande et de légumes sont produits au Sénégal.

C’est avec délectation que nous pouvons retrouver les produits locaux abandonnés tels que le fonio, des jujubes etc. Notons que ce supermarché pratique souvent des prix plus bas que les boutiquiers et la traçabilité des produits doit satisfaire les associations des consommateurs. La lutte aurait pu s’orienter vers les conditions de travail des salariés d’Auchan, les amplitudes d’ouverture, 8h jusqu’à minuit, qui pourraient entraver leur vie familiale, le niveau des salaires, l’intéressement des travailleurs aux résultats d’Auchan, la présence des salariés au sein du conseil d’administration et surtout la transparence sur le taux d’imposition de cette entreprise.

Mon propos ne consiste pas à opposer un commerce de détail local et un supermarché, car les deux sont complémentaires et ne s’adressent toujours pas au même public. Il faut seulement apprendre des autres pays qui sont devenus attractifs et attirent des investisseurs étrangers afin de pouvoir grandir et de devenir parfois leurs concurrents.

CHUT ! il ne faudra pas «tracer» les opposants à la présence d’Auchan au Sénégal car nous risquons de les surprendre dans ce supermarché, surtout en période de «promo».

Par Alassane Thiam