Accueil Actualités Aux origines de la rupture de confiance nationale entre les Sénégalais et...

Aux origines de la rupture de confiance nationale entre les Sénégalais et le régime de Macky

Le mal est déjà fait relativement aux révélations fracassantes de la BBC qui apprend aux Sénégalais que  les retombées de leurs ressources pétrolières et gazières  ont déjà rempli les poches d’hommes d’affaires étrangers  au moment où le goorgorlou a toujours le gousset vide. Vrai ou faux, en tous les cas, il y a d’ores et déjà une rupture de confiance nationale entre le peuple et le pouvoir de Macky. A l’origine de ce quiproquo aux allures d’un feuilleton, l’implication de la famille présidentielle dans  le cadre des contrats pétroliers et gaziers.

L’entame du magistère de Macky a démarré  avec des slogans fétiches qui faisaient mouche aux quatre coins du Sénégal. « Gestion sobre et vertueuse, la patrie avant le parti », tutti  quanti. Et le mot « émergence » accolé à tout ce qui ressemblait à l’Alliance pour la République(Apr),  rendait les goorgorlous enthousiastes. Les sénégalais militaient désormais en faveur de ce jargon maniable, partie  intégrante de la terminologie politicienne et apte à faire rêver un peuple cédule, qui a tendance à sauter  sur tout ce qu’on lui offre comme façade. Chemin faisant, la principale pomme de discorde entre le régime de Macky et l’opposition, viendrait prosaïquement du processus électoral qui a été biaisé dès le départ. L’appel au dialogue national du Chef de l’Etat  érigé en façade  avait l’extrême dextérité de piéger une opposition qui n’en pouvait plus d’un pouvoir qui n’avait de cesse de l’acculer. Le référendum fut organisé et le Oui   remporta  largement la mise avec en  toile de fond, le parrainage et les ressources naturelles. Les élections législatives les plus mal organisées de l’histoire politique du Sénégal eurent raison de tous. Des millions de cartes d’électeurs furent en souffrance et les lieux de vote chamboulés de manière à obtenir l’envers du décor. Karim Wade fut élargi  et son voyage sur Touba fut  substitué par celui sur Doha. La suite est connue de tous. S’ensuit l’affaire de la caisse d’avance de la municipalité de Dakar qui finit par envoyer Khalifa Sall en prison. Son poste de maire fut destitué. Le scrutin présidentiel pointa à l’horizon, le parrainage fut imposé à tous au  motif qu’il y a une pléthore de partis de politiques. Ce qui risquait de susciter plus d’une centaine de candidats à la présidentielle, d’après ses promoteurs. Ainsi, à terme, le parrainage accoucha de cinq candidats, tout le reste fut jeté  en pâture. Le temps d’un rose, le poste de Premier ministre  fut supprimé pour des motifs qui échappent à l’entendement Sénégalais. Seul maitre à bord, le Chef de l’Etat découvrit enfin la chaine BBC qui incrimina son frère qui serait au centre d’un scandale tournant autour de 6000 milliards de FCFA que les Sénégalais auraient probablement perdu. Diantre ! Aux origines de la rupture de confiance nationale entre les Sénégalais et le pouvoir de Macky, le pétrole et le gaz n’en sont que l’aboutissement d’un long  processus de  désintégration  du jeu politico-démocratique. Mais si tel n’était pas le décor planté, l’affaire Aliou Sall n’aurait jamais connu autant de tollé mais hélas !

Assane SEYE-Senegal7