Accueil Actualités Avortements clandestins: Les mauvais chiffres du Sénégal

Avortements clandestins: Les mauvais chiffres du Sénégal

Selon une enquête réalisée par l’Institut Guttmacher en 2015, 51 500 avortements ont été provoqués au Sénégal en 2012. La même étude révèle que près de 2% des femmes ont eu un avortement. La plupart de ces cas ont été pratiqués dans un environnement non médicalisé. Au total, près de deux tiers, soit 63 % des avortements pratiqués dans notre pays, le sont par des personnes non qualifiées. 38 % sont faits par les guérisseurs traditionnels et 21 % par les femmes elles-mêmes. Environ 4 % sont provoqués à l’aide de drogue, de médicaments ou autres substances achetées en pharmacie. Un peu plus du tiers sont pratiqués par des professionnels de la santé non qualifiés (17 % par des médecins et 20 % par des infirmières ou des sages-femmes).

Le document informe, également, que le taux d’avortement est plus élevé à Dakar que dans le reste du pays. «Chez les femmes rurales pauvres, les cas d’avortement compliqués non-traité représentent 41 %, urbain pauvre 32 %, rurales non-pauvre 12 % et urbain non-pauvre 5 %», souligne l’étude. Qui donne cette révélation de taille : en salle d’accouchement, 50 % des urgences obstétricales seraient liées à l’avortement clandestin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici