L'Actualité en Temps Réel

Bakary Traoré, (APR) Guédiawaye : Lettre à mes frères et sœurs de Parti

Comme beaucoup d’entre vous ne le savent peut-être pas, je suis resté pendant un bon moment hors du pays, et par voie de conséquence, très loin des contingences politiques au plan local.

En effet, tout en consacrant plusieurs années de ma jeune carrière à défendre des convictions dans lesquelles je me reconnais et à me mobiliser pour des causes que j’estime légitimes, je n’avais jamais renoncé dans un coin de ma tête, à l’idée, pour ne pas dire, à la nécessité absolue, de poursuivre mon apprentissage et de renforcer mes capacités au plan à la fois universitaire et professionnel.

C’est l’unique raison qui explique cette absence toute relative, du reste, contrairement à ce que j’ai pu entendre ici ou là, sur un quelconque désir d’ailleurs qui m’aurait rattrapé en chemin, ou encore un hypothétique appel des sirènes d’une opposition dont j’ai déjà du mal à cerner la nature profonde ainsi que les véritables mobiles qui l’animent.

Il n’en est rien de tout cela ! Ces extrapolations sont simplement à mettre sur le compte de personnes mal intentionnées ou désireuses de m’associer à des projets politiques fantomatiques pour des desseins inavoués. C’est peine perdue mais c’est aussi et surtout oublier ma foi inébranlable dans des convictions solides au plus fort de la tempête politique quand les certitudes tombaient comme des châteaux de cartes autour de nous, et que cette situation-là était plus propice à un basculement vers d’autres horizons.

Enfin, ce n’est vraiment pas, au moment où cette opposition fait la preuve de son absence criarde de perspectives pour le peuple de Guédiawaye, en faisant étalage d’un mouvement d’humeur haineux pour faire office de programme de gouvernance locale, que je vais subitement perdre toutes les valeurs qui ont jusque-là structuré mon engagement.

Au vu de tout ce qui se passe au sein de cette opposition en termes d’expérimentations hasardeuses, de positionnements factices et de déclarations chimériques, aujourd’hui plus qu’hier, ma volonté de soutenir et d’accompagner le Président de la République Macky SALL est trempée dans du béton, tout comme mon ancrage dans l’APR.

Les raisons sont simples :

  • En dépit des multiples invectives, forfanteries et outrages aux institutions, le Président de la République et Chef de notre Parti garde le cap dans sa volonté de conduire à leur terme les changements attendus par le peuple sénégalais. Les nombreuses réalisations qui portent aujourd’hui sa marque, ainsi que tous les chantiers en cours d’exécution qui vont contribuer à transformer positivement et durablement le visage de notre pays, constituent un rideau de fer contre les vaines tentatives pour détourner les sénégalais de la voie de la vérité ;
  • Aujourd’hui, notre parti doit faire plus sinon autant qu’en 2014 et cela passe par une mobilisation de tous les instants et par une dynamique unitaire qui ne résiste ni aux pressions encore moins aux émotions de circonstance.

L’enjeu est véritablement ailleurs.

  • C’est, enfin, dans des circonstances comme celles-ci que l’on reconnait la capacité d’un parti respectable et de militants convaincus, à faire preuve de dépassement et de hauteur d’esprit.

Depuis mon retour au bercail, j’observe une attitude faite de silence et de recul par rapport aux différents actes qui sont posés par nos responsables, nos sœurs et frères militants, sans oublier nos nombreux sympathisants. D’abord par devoir de respect et d’humilité par rapport à leurs convictions personnelles ; par précaution ensuite pour ne pas ajouter du bruit aux vociférations ; par discipline militante enfin parce que nous sommes un parti structuré avec à sa tête un leader en qui nous avons placé notre confiance à l’instar de l’immense majorité de sénégalais. Cette attitude a pu interpeler, susciter des commentaires de toutes natures auprès des adeptes de raccourcis. Ceux qui me connaissent savent qu’elle reste en droite ligne de principes érigés en règle de conduite depuis mon engagement en politique à Guédiawaye où j’ai précisément le privilège qui n’est pas donné à tous, et que j’assume entièrement, de compter des amis, frères et sœurs de tous bords, de toutes sensibilités ou idéologies, sans aucun interdit, mais néanmoins dans le respect des opinions de chacun et de chacune. Autrement dit, dans la pure tradition de symbiose de la société sénégalaise.

C’est pourquoi j’en appelle à la lucidité et à la sagesse de tous mes frères et sœurs de parti. Il y a un temps pour parler et un autre pour agir. Nous sommes aujourd’hui dans celui de l’action, celui de la préservation des acquis, celui de la mobilisation et de la massification, celui de la consolidation de notre leadership, celui de la conquête de nouvelles victoires. Chacun de nous veut être calife à la place du calife ; Chacun de nous bande les muscles ; chacun se gargarise d’avoir reçu mandat de la population ; on multiplie les démonstrations de force ; on se pose en alternative crédible. Et comble du dilatoire, chacun finit par s’en remettre au bon sens, à la responsabilité et à la hauteur de vue du Président du Parti. Chiche !

Cherchez l’erreur !

Ne pouvait-on pas commencer par-là, bon sang !

Mutualisons toutes ces forces ; capitalisons toutes ces nobles intentions ; transformons-les en une lame de fond politique à la disposition du Parti, de son Président, et, parallélisme des formes oblige,  de son Directoire et de ses différents coordinateurs ; en somme, toutes ces instances qu’en son temps, nous avons acceptées, voire portées aux nues en adhérant au parti, et que nous voulons aujourd’hui descendre en flammes  pour des raisons qui ne pèsent pas lourd sur la balance face au risque de tout perdre si la guerre de tranchées entre frères et sœurs de parti, devait s’inviter aux locales. Cela s’apparenterait tout simplement à une entreprise de suicide collectif ; du pain béni pour nos adversaires politiques qui n’auraient dès lors, qu’à se baisser pour ramasser nos restes.

Personnellement, j’ose croire encore en la possibilité pour chacun de nous d’opérer son introspection et d’être capable d’un sursaut salvateur.

Je crois fermement à la culture de la paix des cœurs et des esprits ainsi qu’au dépassement de fonction lorsque les circonstances l’exigent et pour l’intérêt supérieur du Parti voire de la Coalition ! Loin de la logique perfide et destructrice des faux dévots et autres courtisans de salon, va-t-en-guerre sournois, qui applaudissent le jour pour, le soir venu, tourner casaque sans vergogne. N’allons pas chercher ailleurs nos véritables ennemis intérieurs et fossoyeurs de la stabilité du parti !

Dans un passé récent, c’est cette même culture de la paix des cœurs et des esprits qui m’avait poussé, moi le novice en la matière, à prendre mon fragile bâton de pèlerin pour que soient éteintes certaines incompréhensions entre responsables et que soient réunies les conditions d’une convergence de vue et d’une unité d’action au profit à la fois du parti et des militants. Nous étions à l’époque très peu nombreux à encore croire en cette possibilité. C’est pourtant ce qui s’est passé au-delà même de tout ce qu’on pouvait espérer, par la grâce de Dieu, mais aussi, faut-il le souligner et le saluer, à l’esprit d’ouverture et le sens de la mesure de ces responsables inconditionnels du parti,

Je profite donc de ces quelques lignes pour m’adresser au frère, Coordonnateur de l’APR mais aussi de la coalition Benno Bokk Yakaar, Monsieur Le Maire Aliou SALL qui m’a toujours fait la faveur de prêter une oreille attentive à mes interpellations. Il est aujourd’hui de votre devoir, et entre autres combats, de porter ce énième défi et de le remporter : celui de renouer le fil du dialogue entre fils et filles de la Ville, et de remettre tout le monde en ordre de bataille. Je vous en sais capable comme vous l’avez déjà démontré en d’autres occasions, mais aussi parce que vous ne serez pas seul. Vous pourrez, j’en suis persuadé, compter sur le concours de toutes les personnes-ressources, sincères et seulement animées de la volonté de voir revenir la paix, l’entente et la stabilité chèrement acquises au prix d’immenses sacrifices.

Je vous encourage « Grand ». Comme d’autres l’ont dit avant moi : « Le chemin est difficile certes, mais le difficile est le chemin ».

Bakary TRAORE

Responsable APR Guédiawaye

Conseiller Municipal Commune Golf Sud

Conseiller Municipal Ville de Guédiawaye