Barthélemy Dias avertit les mécaniciens : «Que personne ne soit surpris de me revoir sur le site»

0

Barthélemy Dias a promis la guerre aux mécaniciens si ces derniers refusent de débarrasser le plancher.

«Ça fait 5 ans qu’on discute » a-t-il  tenu à préciser. A l’en croire, les discussions se faisaient de manière bilatérale: le propriétaire du site, le bureau de l’association des mécaniciens.
«Au cours de ces  négociations,  le propriétaire a mis sur la table, la somme de 60 millions de francs CFA,  ainsi que trois autres terrains: un à Mbao, un à Keur Massar et le troisième à Sangalkam). Cela en échange du site occupé, actuellement, par les mécaniciens.

Selon le maire de Mermoz, les mécaniciens auraient accepté l’offre. Et se seraient engagés à quitter les lieux avant le 10 janvier 2016. Alors, c’est dans la suite logique de ce départ prochain que la visite de la délégation conduite par le maire s’est tenue. «Ce n’était rien d’autre qu’une visite de négociation et non de déguerpissement», précise Barthélemy Dias

Contrairement à l’engagement qu’ils avaient pris, le maire a affirmé qu’à son arrivée sur le terrain, tous les responsables des mécaniciens avaient boudé et éteint leurs téléphones. Une manière de se dédire.

Face à cette attitude, Barthélémy Diaz a décidé de ne plus négocier avec les mécaniciens de l’ancienne piste de l’aéroport. Pour lui, le temps des négociations est révolu. «Que personne ne soit surpris de me revoir sur le site«.

Au centre des enjeux, se trouve un groupe de distribution français qui s’est implanté au Sénégal. C’est le groupe «Attack» qui a acheté ce domaine pour y implanter un Super marché et un complexe commercial.

Pour ne pas perdre cet investisseur important dont aucune commune ne peut se passer les entrées financières dans son budget, le maire de Mermoz est prêt à tout. «Soit ils acceptent les 60 millions et quittent les lieux, soit d’autres vont prendre les 60 millions pour les déguerpir«.

Abordant l’histoire des coups de feu, l’acteur malgré lui du piteux film d’action de décembre 2012, devant les locaux de sa mairie, a déclaré sa stupéfaction quant au traitement de cette affaire par la presse ce jeudi. «J‘ai été surpris de voir ce matin dans la presse que j’ai tiré«.

Se portant en faux contre cette information qui a fait la Une des journaux, le maire de Mermoz a déclaré qu’il n’y a eu aucun coup de feu. «J’ai l’impression que certains groupes de presse, au Sénégal, veulent salir mon image» s’est-il indigné.

Barthélémy Diaz a aussi demandé à tous ceux qui ont une voiture sur le site litigieux de les récupérer. «A défaut, a-t-il averti, elles seront saisies et vendues.»Quant aux «épaves» qui, selon Diaz, constituent les 3/4 des véhicules sur ce garage, elles seront vendues à la ferraille. Parce,»la commune de Mermoz n’est pas un dépotoir d’ordures«, a-t-il martelé.

Barthélémy Diaz a annoncé qu’une plainte sera déposée contre l’association des mécaniciens. Se portant en victime d’une sauvage agression perpétrée par les  mécaniciens, le maire a soutenu  qu’un de ses collaborateurs aurait été touché par des projectiles jetés par les mécaniciens. Et se serait retrouvé avec cinq points de sutures.

Leave a comment