L'Actualité en Temps Réel

BATAILLE DE PROCEDURE DANS LE DOSSIER KHALIFA SALL: La stratégie des avocats pour ralentir l’Etat

0

En riposte à la tentative présumée de l’Etat d’envoyer très rapidement Khalifa Sall en procès et éventuellement le rendre inapte pour les prochaines joutes électorales, les avocats de la défense ouvrent une bataille de procédure pour faire obstacle. Pour commencer, les conseils de l’édile de la capitale déposent leurs recours par rapport au refus du juge d’instruction de mettre leurs clients en liberté. Et ce n’est que le début.

L’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar est loin de connaître son épilogue. Si la volonté de l’Etat, désormais partie civile dans cette affaire, est d’envoyer au plus vite le maire de la ville de Dakar en procès, les avocats de la défense ne comptent pas se laisser faire. Une bataille de procédure s’annonce dans ce dossier. Pour commencer, les conseils de Khalifa Sall et Cie s’accrochent sur les recours déposés devant la Chambre d’accusation par rapport à la demande de mise en liberté provisoire, pour retarder le procès qui se profile à l’horizon. «Ils ont leur programme pour aller en procès au plus vite, mais nous avons aussi nos stratégies pour les retarder. Nous avons fait appel sur l’ordonnance de refus et le dossier doit donc aller à la Chambre d’accusation qui doit d’abord statuer. Le juge d’instruction ne peut donc envoyer le dossier en règlement définitif au Parquet avant que la juridiction de recours ne statue sur l’appel», nous confie Me Baba Diop.
Par rapport à la demande de mise en liberté provisoire, les avocats de la défense comptent aller jusqu’en cassation pour obtenir gain de cause. «Ils ne peuvent pas nous empêcher d’aller en cassation si, toutefois, la Chambre d’accusation confirme le Doyen des juges. A moins qu’ils ne violent la loi et abusent de leur pouvoir. S’ils veulent que le procès se tienne en avril, ils peuvent être sûr qu’il n’y aura pas de procès», nous souffle un autre conseil de Khalifa Sall, qui tient à garder l’anonymat.
Lundi dernier, le même jour où l’ordonnance de refus a été rendue, Me Seydou Diagne a déposé la requête, au niveau de la Chambre d’accusation, pour le compte de Khalifa Sall. Pour ce qui concerne Mbaye Touré, son conseil Me Bamba Cissé a fait son recours hier. De son côté, Me Baba Diop a saisi la juridiction de recours pour le compte du reste du groupe qui est actuellement en détention. C’est dire que si le juge d’instruction a bouclé son enquête, les avocats de la défense démarrent leur bataille de procédure pour contrecarrer le «programme» de l’Etat. Du coup, ayant initié la procédure, le procureur de la République ne sera pas saisi de sitôt de cette affaire pour règlement définitif.
Alassane DRAME

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.