Benno, Aar,Yewwi,Wallu : Ces termes chocs  précurseurs de  tension politique !

Le parti politique, mouvement ou coalition de partis politiques n’offrent au départ aucune appellation si ce n’est leur nom générique. Ensuite, il s’agira de les nommer afin de les porter sur les fonds baptismaux .Seulement sous nos cieux, la réalité est autre. Sous le règne de Macky,les premiers signes du combat politique que l’on mène proviendrait des appellations de parti ou coalition de partis. « Aar Sénégal », « Benno Bokk Yakaar », « Yewwi Askan  Wi » ,Wallu,entre autres, ont des charges explosives dont la détonation peut toujours mener vers des tensions politiques. Ces appellations arrivées à maturation  aboutissent souvent à une communication  des leaders politiques chauffée à blanc !

Si les mots gouvernent le monde , le Sénégal ne saurait être une exception à la science de la terminologie. Le jeu politique combiné au jeu démocratique n’offre apparemment pas de bonne perspective du point de vue de  la compréhension que les acteurs politiques en ont.

Benno Bokk Yakaar (Bby) sonne comme une homogénéité entre les acteurs de la mouvance présidentielle. Benno suffit à convaincre les alliés de l’Apr qu’ils font tous un et indivisible devant l’adversité. Mais quand des élections approchent, les distorsions se font jour car là, le Benno a tendance à se fissurer s’il n’éclate au grand jour.

 Et les investitures des législatives sont la meilleure preuve du manque d’unité au sein de  Benno qui n’est  que de nom. « Aar Sénégal » est aussi composé d’hiérarques qui ne veulent plus se laisser remorquer par des leaders qui ne leur apportent rien.

Ils ont alors préféré se mettre ensemble sous la bannière « Aar Sénégal » qui signifie trivialement protéger le Sénégal mais de qui ! Là, vraisemblablement, cette appellation renvoie à un malaise à rechercher dans l’absence de démocratie sous nos cieux.

Il s’agira donc pour cette coalition de protéger le peuple, les Institutions, les élections et les droits fondamentaux des citoyens qui sont lésés. Yewwi Askan Wi renvoie directement à un peuple tenu sous le joug d’une dictature sans précédent et qu’il faudrait impérativement libérer avant qu’il ne soit trop tard.

Mais Yewwi Asakn Wi est aussi pris à son propre jeu car parmi ses cadres, certains ne sont toujours pas libérés par Dame Justice. Ce qui fait que cette coalition  doit non seulement libérer le peuple mais aussi se libérer elle-même avant qu’il ne soit trop tard. Wallu  quant à lui, a  une charge de secouristes, d’urgentistes.

 Ces leaders  doivent aller vite pour sauver un peuple qui n’en peut plus face à un pouvoir qui l’étreint. D’ailleurs en cas de sinistre, c’est le mot Wallu qui est crié au niveau de la cité pour bénéficier rapidement du secours du voisinage.

 Voici en définitive, le décor planté d’une terminologie qui renvoie à nos partis, coalitions de partis ou mouvement et qui à arrivés à terme peut déboucher sur des tensions politiques. Ces termes viennent souvent s’ajouter à la montée d’adrénaline qui caractérise le landerneau politique national.

Ainsi, au terme de notre réflexion, l’impression qui se dégage est que l’on parle vraisemblablement de notre pays le Sénégal à  ces heures perdues de tension politique.Et ce, en prélude aux élections législatives du 31 juillet 2022.

Assane SEYE-Senegal7