Accueil Actualités Benno Bokk Yakaar Ziguinchor : Dr Geogres Mansaly assène ses vérités

Benno Bokk Yakaar Ziguinchor : Dr Geogres Mansaly assène ses vérités

Après un long silence le Dr Georges Mansaly, responsable politique de l’Apr à Ziguinchor sort de son mutisme politique et assène ses vérités aux responsables de Benno Bokk Yakaar de Ziguinchor. Il n’a aps également manqué de tirer la sonnette d’alarme.

«Il n’est plus question de faire l’objet de réplique à un adversaire politique qui n’a jamais dirigé un poste de responsabilité au niveau nationale ni régionale.

«A la suite de mon long silence sur la situation politique de notre contrée, la Casamance, je me suis résolu aujourd’hui après mure réflexion à vous décliner ce que je pense de l’engagement de l’élite politique casamançaise, à laquelle moi-même je fais partie. C’est ce qui me conduit à exprimer à l’endroit de mes frères politiques casamançais, cette alerte qui si elle n’est pas prise au sérieux, risque de porter dommage à notre coalition BENNO BOKK YAKAAR et à l’électorat de notre Président son Excellence Macky Sall en Casamance. Je m’en vais vous décliner les termes de cette alerte.

Au regard des agissements de beaucoup de nos élites politiques et singulièrement, celles locales et appartenant à la mouvance présidentielle, nous sommes peut-être conduits à penser que les priorités sont tout autres. Ne sont-elles pas mues par des avantages crypto-personnels d’abord, ensuite par ceux de leur parti, mais enfin très accidentellement par ceux de la nation sénégalaise et, de leur localité : la Casamance dans le cadre des politiques décentralisées ? En tout état de cause, des événements vécus depuis qu’elles sont au pouvoir et les actes corrélativement posés, en disent long. On semble y déceler une arithmétique politique, fondée sur l’opportunisme, l’hypocrisie et la cupidité», a regretté le membre de Benno Bokk Yakaar de Ziguinchor.

Dr Mansaly n’arrive toujours pas à digérer la cuisante défaite de BBY lors de la dernière.

«Sinon comment peut-on comprendre que ces dites élites politiques locales, supposées convaincues du projet de société de son Excellence le Président de république Macky SALL, puissent aux échéances présidentielles de 2019, battre campagne en ordre dispersé ? Que visaient-elles par-là ? Est-ce une manière pour chacune d’entre elles de se rendre plus visible à l’égard du Président, au calcul de se voir individuellement récompenser au soir de son éventuelle victoire ? Où était leur collectif lorsqu’à la suite du meeting réussi de Ousmane Sonko à Ziguinchor, Moustapha Cissé Lo, faisait cette sortie malencontreuse, vexant tout le peuple de la Casamance ?

Pourquoi leur collectif n’a-t-il pas fait une déclaration pour rappeler à la sagesse leur camarade de parti, afin que les Casamançais se sentent protégés ? Elles se sont contentées de façon disparate et informelle, comme à l’accoutumée de faire des déclarations molles et évasives, uniquement pour donner l’impression de s’en offusquer. Ces dites élites ont-elles oublié qu’en vertu de l’acte 03 de la décentralisation, elles ont des prérogatives plus que renforcées dans la prise en charge des destinées de populations et politiques endogènes» ?

«Et si Ousmane Sonko avait raison»?

«Et pourquoi s’acharner sur Ousmane Sonko, au point de vouloir en collectif le diaboliser, en dénaturant son propos sur le rapport entre les réalisations du Président Maky Sall et son amour pour la Casamance.

Avions-nous besoin d’être un génie, pour Comprendre que l’analyse de Sonko, telle qu’il a tenu à la préciser n’était ni subjective encore moins émotionnelle ?

Elle se voulait plutôt, cette analyse, objective et factuelle. Comme le suggérait le Président de PASTEF : il se pourrait bien que Macky Sall porte la Casamance dans son cœur, mais ses réalisations ne suffisent pas à le démontrer. Pourtant, il aurait suffi de se limiter à la pertinence des faits c’est-à-dire à la simple évocation des réalisations en Casamance sous le Magistère de son excellence le Président Macky Sall, pour porter une réplique sage et profonde à Ousmane Sonko», a déclaré Dr Mansaly.

Avant de laisser entendre : «mais dans l’empressement du répondeur automatique, voulant faire maladroitement les yeux doux au Prince, le collectif, brûlant toute politesse qu’on connait du Casamançais, notamment sans informer notre actuel patriarche et icône politique vivante, pourtant Ministre d’Etat et coordonnateur régional de la mouvance présidentielle, Robert Sagna, sortit un communiqué dans lequel, il taxe le leader de « PASTEF » de Fossoyeur de la paix en Casamance. Certainement, notre soi -disant « élite politique locale », s’est trompée de cible et de stratégie. Si elle pense par la ruse et la diabolisation, tromper le peuple, c’est par ce qu’elle n’a pas encore compris le niveau de maturité et de lucidité du peuple sénégalais en général et des Casamançais en particulier. Aussi la pédagogie qui découle de sa déroute lors de la dernière présidentielle, n’est pas encore correctement comprise. Les populations se laissent aujourd’hui maladroitement tromper, tout en attendant le moment opportun pour exprimer leur avis éclairé».

Ainsi il invite ces responsables politiques à se mettre au service du peuple pour un intérêt commun, «il est donc clair que vous ne pouvez plus abuser personne. Revenez à l’orthodoxie politique ! Mettez-vous au service de l’intérêt commun ! Tenez un langage de vérité à vos compatriotes !

Soyez chères « élites politiques de la Casamance », plus proches de vos populations et selon un engagement éthique et républicain ! Restons vigilants, et déroulons correctement notre agenda politique, dans l’unique but de renforcer notre coalition et le Président son excellence Macky Sall ! Ce qui sous-entend que nous ne devons pas céder aux pièges de nos adversaires politique, en perdant du temps à répliquer à leurs attaques », a recommandé docteur Mansaly».

«Le camp présidentiel a créé Sonko … »

«Si vous penser qu’en faisant simplement d’un adversaire politique un ennemi politique, alors vous pourriez continuer à plaire au Président, et en même temps priver Ousmane Sonko de la sympathie des populations, les faits sont en train de vous démontrer le contraire. Nous membres de la mouvance présidentielle, en dépit d’avoir créé Sonko, sommes par nos incohérences en train de le renforcer.

Pourquoi, ne pas tirer de lui, une série d’alertes nous permettant au besoin, de pouvoir positivement administrer notre cité, surtout dans le cadre d’une gestion délocalisée ? Ousmane Sonko, en tant qu’adversaire politique et non ennemi juré, est pour nous de la Casamance, un frère, et il le restera pour toujours. Si pour sauvegarder certains de nos positions et privilèges dans la mouvance, il nous est difficile d’avoir son discours ou sa posture, alors pourquoi vouloir malhonnêtement lui en empêcher ? Qui gagne dans ce jeu, si ce n’est personne. Car, tout ce qu’on aura eu en trompant nos populations, ce sont ces mêmes populations qui risquent de nous le retirer un jour.

Rien ne vaut de s’agripper à nos privilèges, en s’éloignant de nos populations. Les grandes victoires se préparent d’abord en famille pour pouvoir s’ouvrir avec efficience au reste des communautés. LE « NEDO KO BANDUM » par -delà la lettre, lorsque l’esprit qui le sous-tend est bien compris, renverrait à cela. Autrement dit, il ne s’agit pas d’une invite au sectarisme, à l’ethnocentrisme ni au régionalisme, auquel cas, le Président de la République pour la sagesse qu’on lui connaît, ne l’aurait jamais utilisé. Dans l’esprit, il s’agit de montrer que rien de grand ne saurait se réaliser sans l’implication et l’engagement de nos proches. S’il est vrai que ce ne sont pas les européens ou d’autres qui viendront faire l’Afrique, il est tout aussi vrai que chaque contrée se fera en premier, par ses propres populations. Vouloir ainsi écarter malhonnêtement un valeureux frère du débat de société, c’est prendre l’option de nous priver de tout bond qualitatif en Casamance».

«Sonko et Robert, une chance pour Benno Bokk Yakaar… »

«Si nous étions tous mus par l’intérêt supérieur de la République et de nos localités respectives, peut-être que nous aurions vu en Ousmane Sonko, leader de « Pastef », un opposant de qualité et, en Robert Sagna, un conseiller politique avisé. Nos échanges, nous auraient certainement permis de présenter au Président Macky Sall, une grille de priorités beaucoup plus pertinentes pour la Casamance. Les populations à notre charge, ne demandent qu’à se sentir considérées, accompagnées et appuyées d’abord par nous. Elles ne sont pas une échelle pour l’atteinte de nos intérêts individuels. La poursuite effrénée de nos intérêts individuels, nous divise, nous affaiblit en nous éloignant davantage de nos populations. Seule une union sacrée autour de l’intérêt commun, peut nous garantir le succès en politique.

Sinon, comment comprendre qu’unis « Benno Bokk Yakaar» ait remporté le Referendum et les législatives avec brio à Ziguinchor et, divisée, cette coalition ait été lamentablement laminée, dans la région de Ziguinchor ; nonobstant le renfort qu’elle a connu à la présidentielle. Dans l’entêtement qu’on nous connait, nous leaders locaux de « Benno Bokk Yakaar», nous pouvons être amenés pour nous défendre, à instaurer une dichotomie entre la présidentielle et les locales. A vouloir défendre l’idée selon laquelle, ce qui est valable pour la première ne l’est pas toujours pour les secondes. Une telle approche serait lourde de dangers, car elle repose sur la méconnaissance des réalités socio-politiques de la Casamance. On y est habitué à un électorat peu versatile, parce que reposant souvent son choix sur de fortes convictions. Ce qui signifie que nul n’est en terrain conquis. Tout est à refaire » !

Pour terminer Georges Mansaly insiste sur les valeurs politiques a ne pas négliger. Il cite « Notre engagement, notre crédibilité »

«Dans cet élan de rationalisation et de démocratisation progressive de nos sociétés, soyez-en convaincus : seul l’engagement éthique et responsable, nous donne en politique, une crédibilité auprès des populations. Elles sont matures et éclairées, parce que, confrontant à leurs réalités, les différents discours que nous, acteurs politiques, leur proposons.

Elles savent à partir de ce moment, nous juger en conséquence. Peut-être elles sont folles, à cause d’une lucidité débordante. C’est dire qu’elles peuvent même voir plus loin que nous, hommes politiques. Elles savent aussi reconnaître, les sages et honnêtes hommes politiques, même lorsqu’il leur est interdit de dire d’insupportables vérités».

Pape Ibrahima Diassy/Sénégal7

11 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici