Benno : Grandeur et décadence d’un règne éclairé par les Législatives

Le peuple est le fondement de la légitimité politique d’un pouvoir. L’échelle politique  des tenants du pouvoir rendue possible par les urnes  doit être en adéquation avec les aspirations de ce peuple.

A contrario, cette légitimité politique a tendance à s’effriter au point de se  disperser. Et c’est exactement ce qui est arrivé au Macky porté au pinacle depuis 2012 et réélu en 2019.

Aujourd’hui, une lecture objective des résultats des élections législatives démontrent  que la légitimité politique dont jouissait amplement le pouvoir de Macky s’est amoindri  au point de  disparaitre.

La légitimité du succès d’un restaurant, ça reste quand même quotidiennement ce que l’on sert dans l’assiette, disait un observateur.

Autrement dit, le règne  du pouvoir de la force assorti aux multiples scandales politico-financiers et à la terreur admise au sein du temple de Thémis ont fini de dévisager la démocratie sénégalaise sous Macky.

Les promesses électoralistes  en déphasage avec les réalités vécues par les Sénégalais sont autant de d’avatars qui ont marqué nos compatriotes. Le prétexte de la Covid-19 et de la guerre en Ukraine n’a pas réussi à dédouaner de ses prévarications un pouvoir qui était pourtant bien parti.

Des réalisations monstres, Macky en a réussi la prouesse mais ce qu’il donne  par la main droite à la démocratie ,il l’arrache par la main gauche.

Last but not least, grandeur d’un règne éclairé par les législatives du 31 juillet 2022.De 126 députés au cours de la 13e législature à 83 députés pour la 14e législature, la coalition Benno Bokk Yaakaar et son armada de moyens financiers et humains font  aujourd’hui face à un coup de semonce à destination de la prochaine présidentielle de 2024.

La légitimité politique quand on la perd, impossible de l’ »exorciser » par des manœuvres politiciennes de bas étage. Cela ne fera que tâcher davantage un pouvoir décadent dont le compte à rebours est  désormais enclenché. Du coup, deux portes de sortie s’offrent en ce moment au locataire de l’avenue Room. La petite ou la grande. Ce, devant l’histoire. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7