L'Actualité en Temps Réel

Birahim Seck alerte : « Affaiblir le Mali, c’est favoriser le terrorisme »

0

 « Affaiblir le Mali, c’est favoriser le terrorisme, c’est faire sauter un verrou qui pourrait permettre à ces terroristes d’entrer dans d’autres pays limitrophes’’, a-t-il prévenu en marge d’un atelier national sur les réformes fiscales justes et la mobilisation des ressources domestiques au Sénégal.

’ »La position du Forum civil a été assez claire, on ne peut plus accepter qu’il y ait des sanctions d’une autre époque. Le Forum civil n’est pas d’accord avec ces formes de sanction, surtout pour des pays qui sont limitrophes », a soutenu Birahim Seck.

Birahim Seck de rappeler que le Mali est un pays stratégique, bien qu’étant confronté à des difficultés, notamment d’ordre sécuritaire. Mais quoiqu’étant ‘’contre les sanctions qui sont prononcées contre la population du Mali’’, le Forum Civil ‘’ne cautionne pas’ » pour autant des coups d’Etat. « 

Maintenant, il faut dire que le peuple malien est souverain et c’est à lui de décider de son sort pour dire s’il est d’accord ou non avec la junte’’, a indiqué M. Seck. La ’’position de principe’’ du Forum civil est qu’il faut un retour à l’ordre institutionnel’’, a-t-il défendu avant à « analyser le contexte » du Mali.

 « Il faudrait que les chefs d’Etat fassent attention pour ne pas faire sauter le verrou du Mali qui pourrait permettre à d’autres d’étendre leurs tentacules dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Et la fermeture des frontières aura une conséquence néfaste sur la mobilisation des ressources », a souligné le coordonnateur du Forum civil.

Pour rappel, les chefs d’Etat de la CEDEAO, réunis à Accra, au Ghana, Dimanche dernier, ont pris la décision de fermer les frontières avec le Mali au sein de l’espace sous-régional. Ils ont aussi annoncé la suspension des échanges commerciaux autres que les produits de première nécessité.

L’organisation sous-régionale a également décidé de couper ses aides financières et de geler les avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).  Ces sanctions font suite à la décision de la junte de prolonger la durée de la transition à 5 ans au plus.

Diaraf DIOUF Senegal7

 

laissez un commentaire