L'Actualité en Temps Réel

Blasphème : Jamra salue le limogeage de Pape Amadou Sarr de la DER

0

SANS DOUTE galvanisé par les salves d’applaudissements d’un parterre de femmes-leaders, auprès desquelles il se glorifiait des multiples opportunités que la structure qu’il pilote n’a de cesse de mettre à la disposition des braves entrepreneuses de notre pays, Pape Amadou Sarr aura franchi le Rubicon en éructant cette PHRASE DE TROP, qui a provoqué un séisme inédit dans la conscience collective, particulièrement dans les cités religieuses du pays.

POUSSANT même le bouchon jusqu’à dénier à nos Guides Religieux le droit d’appliquer les règles orthodoxes en matière d’héritage de biens matériels et financiers d’un défunt, telles qu’édictées par la “Shariatul Muhamadiya”. Et qui seraient, selon le patron de la DER, “défavorables aux femmes”.

JAMRA SALUE CETTE MESURE DISCIPLINAIRE exemplaire, tout à fait légitime, prise par le président Macky Sall. Et qui va certainement faire réfléchir d’autres responsables étatiques qui seraient tentés de se laisser dominer par un quelconque COMPLEXE D’INFÉRIORITÉ de “tubaab yu ñioul”. Ou de se livrer complaisamment au MIMÉTISME AVEUGLE des sous-cultures extérieures, qu’ils auront sans doute eu l’opportunité de s’auto-inculquer inconsciemment, lors de leurs humanités dans les amphithéâtres des universités occidentales.

LESQUELLES en auront ACULTURÉS, DÉCULTURÉS, voire DÉRACINÉS, plus d’un dans les rangs de l’intelligentsia et de certaines élites politiques qui prétendent nous diriger ou ambitionnent de pouvoir un jour régir la vie communautaire de ce brave peuple sénégalais, majoritairement imbu des nobles valeurs que nous ont généreusement léguées nos vaillants ancêtres et les grandes figures religieuses qui reposent en terre sénégalaise.

” ENRACINONS-NOUS d’abord dans nos propres valeurs de civilisation et ouvrons-nous ensuite aux apports fécondants du monde extérieur” (et non l’inverse) n’avait pourtant de cesse de nous rabâcher notre défunt président-poète, Léopold Sédar Senghor. Et l’histoire semble, hélas, lui donner aujourd’hui raison !

*Les Bureaux exécutifs
de JAMRA et MBAÑ GACCE

laissez un commentaire