Brésil : Lula restera finalement en prison

1

L’ancien président brésilien Lula, condamné pour corruption, doit rester en prison, a déclaré dimanche le président d’une cour d’appel dont un juge avait décidé la libération de Lula avant d’être contredit par un autre juge de la même cour. 

Le président d’une cour d’appel brésilienne a décidé dimanche que l’ancien président Lula, condamné pour corruption, devait rester en prison, mettant fin à un bref imbroglio apparu au sein de ce même tribunal. Le juge Rogerio Favreto, qui était ce week-end le juge de permanence du TRF4, la cour d’appel de Porto Alegre, dans le sud du Brésil, avait fait sensation en ordonnant dimanche la mise en liberté de Lula. Le TRF4 de Porto Alegre est le tribunal qui avait ratifié en janvier dernier la condamnation de première instance de Luiz Inacio Lula da Silva.

A lire aussi: 31 % des Français sont déçus par la construction de l’Union européenne

Le juge Favreto avait décidé dimanche à la surprise générale d’accepter une demande d’habeas corpus présentée vendredi par plusieurs députés du Parti des Travailleurs (PT), fondé par Lula en 1980. Il avait même demandé que cette libération ait lieu dès dimanche, «selon le régime d’urgence». Les partisans de Lula ont aussitôt commencé à fêter sa libération imminente trois mois après son incarcération. Plus de mille personnes se sont rassemblées devant le bâtiment de la police fédérale à Curitiba, dans le sud du Brésil, où Lula est détenu, en réclamant sa libération.

Mais peu après, un autre juge du TRF4, Joao Pedro Gebran Neto, a décidé, lui, le maintien en prison de l’ancien président et a annulé la décision de son collègue. Dans un nouveau rebondissement, le juge Favreto a déclaré qu’il maintenait sa décision. «Je réaffirme la teneur des décisions prises antérieurement, en décrétant la mise en œuvre immédiate de la mesure de libération dans un délai maximum d’une heure», a-t-il écrit. Quelques heures plus tard, le président du TRF4, Carlos Eduardo Thomson Flores, a tranché. Dans un communiqué, il a déclaré qu’il confirmait la décision du juge Gebran Neto selon laquelle l’ancien président devait rester en prison, où il purge une peine de 12 ans et un mois de détention pour corruption.

Ses avocats considèrent que l’icône de la gauche doit demeurer en liberté le temps que tous les recours soient épuisés, mais la Cour suprême avait décidé en avril d’appliquer une jurisprudence selon laquelle toute personne condamnée en deuxième instance devait être incarcérée.

Oumar DIALLO/Senegal7

Show Comments (1)