Accueil Afrique Burkina : L’importation de poupées s£xuelles divise le pays

Burkina : L’importation de poupées s£xuelles divise le pays

L’affaire fait grand bruit à Ouagadougou. L’importation de « poupées sexuelles » crée un tollé général au sein de l’opinion nationale ouagalaise.

Poupée chinoise grandeur nature, 1,65 m, déjà disponible au grand marché de Ouagadougou avec kpêtou [sexe féminin, ndlr] trop réaliste : une véritable miss dans votre lit ! » Et de conclure : « Elles s’arrachent comme des petits pains. Déjà 11 000 exemplaires vendus en moins de deux semaines. »

Le post publié sur la page « Rumeurs de Ouaga » allume la toile et crée un débat généralisé sur les réseaux sociaux. Dans un pays ou la majorité musulman à 60% et 23% catholique la prétendue arrivée de ces accessoires sexuels n’est pas vue d’un bon œil. Tandis que certains s’indignent de cette nouvelle preuve de la marchandisation de la femme et de la dépravation des mœurs, d’autres y voient une aubaine : l’occasion de se procurer une « petite amie » malléable à souhait.

Ouagadougou n’est pas la seule ville concernée par cette rumeur. Depuis quelques jours, la polémique enfle également dans plusieurs capitales africaines : Douala, Abuja, Dakar, Abidjan… Des posts conçus de manière artisanale et faisant leur promotion se sont ainsi multipliés sur les réseaux sociaux.

Et pourtant, dans cette frénésie promotionnelle, aucun message n’indique avec précision où l’on peut se procurer ces poupées magiques. Autre hic : leur prix semble copié-collé (environ 800 000 nairas – soit 1,2 million de FCFA – selon un post nigérian, mais seulement 800 000 FCFA à Ouagadougou) et en déphasage avec ceux du marché.

Sur les sites spécialisés, les prix des poupées sexuelles en silicone peuvent atteindre jusqu’à 5 000 euros en fonction des options choisies et de la qualité du produit. Sur Amazon, néanmoins, une poupée de qualité inférieure peut s’acquérir pour seulement une centaine d’euros (autour de 65 000 FCFA).

Des sommes exorbitantes par rapport au salaire minimum d’un travailleur burkinabè, qui est d’environ 40 000 francs par mois. Difficile, donc, d’imaginer un tel produit s’écouler « comme des petits pains » à Rood Woko, le grand marché de Ouagadougou.

Le ministère burkinabè du Commerce dément avoir octroyé des licences pour l’importation de la « love doll ». « Nous n’avons jamais autorisé l’importation d’un tel produit au Burkina », affirme à Jeune Afrique Alassane Ouédraogo, directeur au guichet unique du commerce et de l’investissement du ministère.

L’affaire n’en préoccupe pas moins les autorités. Le ministère affirme ainsi avoir mené des investigations en vue de détecter la présence de poupées sexuelles dans le pays.

JA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici