Accueil Actualités Caisse d’avance et Violation du Code des marchés : Le paradoxe de...

Caisse d’avance et Violation du Code des marchés : Le paradoxe de la démocratie !

????????????????????????????????????

Au Sénégal, on est tenté parfois de porter la main à la bouche en signe d’stupéfaction  à cause du principe sacro-saint de ‘’deux poids, deux mesures’’ qui protège d’une part, les citoyens de première zone et qui traine en justice à l’instar de Khalifa  Sall, maire de Dakar, les citoyens de seconde zone.

La violation massive des règles de passation de marchés par des personnalités du pouvoir  en est devenue un secret de polichinelle. Directeur généraux, Ministre de la République ou maires sont pour la plupart aux antipodes des règles de gestion les plus élémentaires. Les auditeurs  ont constaté que le rapport annuel sur la passation des marchés destiné à la Direction centrale des marchés publics (Dcmp) et à l’Autorité de régulation des marchés publics n’a pas été préparé par la cellule de passation des marchés du ministère des Sports, en violation de l’article  144 du Code des marchés publics. Sur le train express régional (Ter), l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) note un écart de 155 milliards 462 millions 604 mille 772 francs Cfa entre l’offre  de  l’attributaire  retenu et celle du requérant. Concernant le ministère de l’intérieur sous Abdoulaye Daouda Diallo, les auditeurs ont  relevé que plusieurs marchés sont soit exécutés par anticipation en violation des prescrits de l’article 44 du Code des Obligations de l’Administration, soit déroulés sur des périodes anormalement longues qui confirment que l’urgence invoquée en amont s’avère en définitive injustifiée. Egalement, l’ex-directeur  général du Port autonome de Dakar, Cheikh  Kanté, a aussi été épinglé par ce rapport d’audit de l’Armp. Il est reproché au « Baye Fall de Macky » d’avoir approuvé « toutes les propositions d’attribution de marchés de la Commission des marchés en lieu et place de la personne responsable du marché désigné ».Idem pour le Directeur Général du Coud. En effet toutes ces personnalités  du pouvoir  précitées ont été épinglées par l’Armp mais au vu de l’impunité criarde qui règne dans le cercle du pouvoir, elles ne seront jamais inquiétées. Mais pour Khalifa Sall dont le seul tort a été d’avoir des ambitions présidentielles, il fallait bien  faire de lui une « proie idéale » en passant par la caisse d’avance de sa municipalité pour l’emprisonner. Si le Sénégal a toujours été cité en exemple parmi les vitrines démocratiques  Ouest-africaines, il n’en demeure pas moins vrai qu’il navigue toujours dans le système  de« deux poids deux mesures » assimilable au pouvoir de la force.

Senegal7.com