Cambriolage à Petit-Mbao : 8 hommes lourdement armés font une descente chez un commerçant…

Un commando de 8 hommes armés jusqu’aux dents (avec des mitraillettes, machettes etc.) a fait une descente à 3 heures du matin chez un grand commerçant du nom de Cheikh Thiam. Arrivés dans un pick-up de couleur sombre, les hommes, avec une sérénité indescriptible, ont d’abord barricadé la ruelle qui mène à la maison du commerçant afin de perpétrer calmement leur forfait.

Ils ont tabassé le gardien qui est actuellement admis aux soins intensifs. Avant de défoncer la première porte en fer pour ensuite s’attaquer à la deuxième porte blindée avec du matériel sophistiqué, indique notre source.

Le vieux Thiam était dans la maison avec ses deux épouses. La première femme qui était au rez-de-chaussée avec son mari, s’est levée pour vérifier après avoir entendu du bruit. Malheureusement, elle est tombée nez-à-nez avec ces redoutables bourreaux qui l’ont menacée avec leurs armes.

« Apparemment ce sont des cambrioleurs qui s’exprimaient en Pulaar, connaissaient la configuration de la maison. Ils ont demandé à la première femme du vieux de leur montrer le coffre. Elle a fui pour appeler son mari qui était sous la douche. Cheikh Thiam est sorti et ils l’ont tenu en respect. Sous la menace d’armes à feu, il s’est exécuté et a ouvert le coffre. Ils ont trouvé 2,5 millions qu’ils ont pris », renseigne la même source.

Les cambrioleurs qui avaient visiblement bien préparé leur coup, savaient qu’il y avait d’autres coffres et étaient déterminés à passer la maison au peigne fin. C’est ainsi qu’ils sont montés au premier étage chez la deuxième femme du vieux qu’ils ont tabassée. En effet, cette dernière qui a opposé une résistance, finira par obtempérer lorsqu’ils ont menacé de tuer le vieux Thiam.

Elle leur a ainsi montré deux autres coffres qui étaient dans la chambre du fils aîné du vieux qui est en voyage en Gambie, renseigne notre source. Ils ont ainsi emporté 2,5 millions, deux coffres dont le contenus reste à déterminer  et les bijoux de la deuxième femme. Les forces de sécurité sont aux trousses de ces braqueurs hors du commun.