Accueil Actualités Candidat à la candidature : Si par extraordinaire, Karim, Khalifa et Sonko...

Candidat à la candidature : Si par extraordinaire, Karim, Khalifa et Sonko ne passent pas !

Le risque serait gros de voir certains candidats à la candidature  se voir éliminer de la course à la présidentielle. Et pourtant, c’est bien ce qui va se passer car c’est l’exception qui fait la règle à l’issue de la proclamation  des résultats des parrainages. Mais i par extraordinaire, le Conseil constitutionnel élimine de facto Karim, Khalifa et Sonko, la  présidentielle aura-t-elle lieu ?

La réponse ne saurait couler de source car Karim Wade qui représente le candidat du premier parti d’opposition du pays, est exilé de force au Qatar. Khalifa Sall est révoqué de sa station de maire de Dakar et emprisonné de surcroit. Ousmane Sonko est revenu par la grande porte après avoir été lui aussi révoqué des Impôts et Domaines. Trois disgraciés laissés dans le vent et qui comptent par tous les moyens en découdre avec leur « bourreau » à la prochaine présidentielle. Et comme la politique est  l’art de la technique qui fait travailler toutes les autres sciences, selon un penseur, il est fort probable que ces « trois têtes brûlées » soient trivialement écartées de la course présidentielle pour des raisons autres. Ce qui va préfigurer d’un scrutin à haut risque car ce sera la légitimité des Sénégalais qui prendra le contrôle sur la légalité Républicaine. Et  bonjour les effets collatéraux sur l’ensemble du territoire national. En tous les cas, il ya aura forcément des candidats qui seront écartés de la présidentielle. Et le 12 janvier prochain sera une date fatidique pour les Sénégalais qui auront à cœur de savoir qui est écarté où qui ne l’est pas. Si par extraordinaire, Karim, Khalifa et Sonko  ne passent pas le cap des parrainages, Macky ne dormirait certainement pas que d’un seul œil. Gageons seulement que le scénario de 2011 sous Wade ne  survienne dans ce contexte tout aussi différent mais dont la ressemblance est à rechercher dans la volonté manifeste du pouvoir d’écarter les candidats redoutés et de valider les candidats potentiellement non dangereux pour leur survie en termes de second mandat.

Assane SEYE-Senegal7